Vous pouvez dès maintenant consentir un don en ligne au CASP

Vous pouvez dès maintenant consentir un don en ligne au CASP

Une nouvelle page a été ajoutée au site internet du CASP, qui permet de déclencher un don avec ...

Loi asile-immigration : un projet déséquilibré qui inquiète les associations

Loi asile-immigration : un projet déséquilibré qui inquiète les associations

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUN DU 21 FÉVRIER 2018, SIGNÉ PAR LE CASP Le gouvernement a présenté le pro...

  • Vous pouvez dès maintenant consentir un don en ligne au CASP

    Vous pouvez dès maintenant consentir un don en ligne au CASP

  • Loi asile-immigration : un projet déséquilibré qui inquiète les associations

    Loi asile-immigration : un projet déséquilibré qui inquiète les associations

  • Recours des associations contre la circulaire du 12 décembre : la décision du Conseil d’Etat retient l’essentiel des points soulevés par les associations

    Recours des associations contre la circulaire du 12 décembre : la décision du Conseil d’Etat retient l’essentiel des points soulevés par les associations

Jean-Yves Di CHAPPARI

Chef de service du CHU de Reuilly depuis le 19 août 2014

Pouvez-vous nous dire quels ont été votre formation et votre parcours professionnel avant votre arrivée au CASP ?

J.-Y. : Je suis assistant social de formation initiale. J’ai travaillé en tant que travailleur social auprès des Equipes Mobiles d’Aide du 115 pendant deux hivers consécutifs, puis en toxicomanie au sein de l’association La Corde Raide situé dans le XIIe arrondissement. J’ai par la suite intégré la Fondation de l’Armée du Salut, toujours en tant que travailleur social, dans un Espace Solidarité Insertion (accueil de jour) situé boulevard Saint-Martin dans le IIIe arrondissement. Une opportunité professionnelle m’a permis de commencer à encadrer ce service, puis les deux ESI de la Fondation.

J’ai ensuite choisi de me tourner vers la prévention spécialisée. En effet, je cherchais à connaître une partie du parcours pouvant amener un jeune à rencontrer les structures accueillant normalement les personnes SDF. J’ai donc travaillé deux ans pour l’association Vie et Cité, à Bobigny. C’est pendant ce moment-là que j’ai présenté le CAFERUIS.

En 2010, la Fondation de l’Armée du Salut m’a recontacté pour accompagner un changement important dans la vie des établissements que j’avais encadrés auparavant. J’ai pu coordonner l’action de deux accueils de jour et d’un Centre d’hébergement et de réinsertion sociale pendant plus de trois ans.

Ensuite, après un bilan de compétence, j’ai intégré le CASP, pour une mission relative au CHU Reuilly, structure d’hébergement hivernal ouverte en décembre 2012.

En quoi consiste le métier de chef de service du CHU Reuilly ?

J.-Y. : Il s’agit de permettre au service de fonctionner de manière quotidienne. Cela touche à la fois aux questions logistiques (gestion du nettoyage, livraisons), aux questions managériales (gestion des équipes) et aux questions liées à l’accompagnement social du public reçu.

Mon premier travail est de pouvoir proposer un accueil le plus digne possible pour les bénéficiaires de nos services. Dans le quotidien, mes fonctions m’obligent à être très présent et très visible dans l’institution, tant pour les personnes hébergées que pour les salariés. L’accueil d’un public présentant de multiples problématiques sociales et somatiques est souvent compliqué et nécessite de nombreuses interventions ponctuelles afin de réguler le fonctionnement de l’établissement, et de permettre à chacun de trouver un lieu calme, apaisé et contenant.

Quelles sont les spécificités de ce CHU ?

J.-Y. : Le CHU Reuilly propose l’accueil inconditionnel de toutes les personnes orientées vers ses services, quelles que soient leurs situations administratives, somatiques ou sociales. Nous accueillons des hommes isolés, des femmes isolées et des couples.

L’objectif est de pouvoir évaluer et réorienter les hébergés vers des solutions d’hébergement les plus adaptées à leurs situations (Centre d’hébergement stabilisé, Centre d’hébergement et de réinsertion sociale…). Cela nécessite la mise en place d’une équipe de travailleurs sociaux qui travaillent avec le public accueilli sur l’avancée de leur situation sociale ou administrative, en lien avec les partenaires locaux parisiens (hôpitaux, accueils de jour, centres spécialisés en addictologie...).

L’accueil s’effectue de manière collective : les chambres sont grandes et peuvent accueillir jusqu’à six personnes.

Une équipe d’animation propose de nombreuses activités (sorties au cinéma ou au musée, peinture, atelier bien-être) qui permettent de créer du lien avec les personnes hébergées, et de pouvoir ainsi travailler le rapport à soi, aux autres et aux divers intervenants du parcours de réinsertion (CAF, Pôle Emploi, assistants de service sociaux polyvalents…). 

Lu 1907 fois

NEWSLETTER

Restez informé de l'actualité du CASP en recevant notre lettre d'information :

NOS STRUCTURES

EMISSIONS RADIO

VIDEO

DERNIER CASPINFO

CASP - Centre d'Action Sociale Protestant

20 rue Santerre - 75012 Paris

Copyright © 2017 | Nous contacter