Plan grand froid : un gymnase géré par le CASP pour accueillir 90 personnes sans-abri

Plan grand froid : un gymnase géré par le CASP pour accueillir 90 personnes sans-abri

Dans le cadre du plan Grand Froid déclenché avec les basses températures de cette première moitié du...

L'Exposition

L'Exposition "La Prison oublions la" se prolonge du 5 février au 2 mars !

Pour sa troisième édition notre exposition "La Prison oublions-la" s'invite à la Mairie du 2ème arro...

Recours devant le Conseil d’Etat contre les circulaires

Recours devant le Conseil d’Etat contre les circulaires "hébergement d'urgence"

Communiqué de Presse Paris, le 10 janvier 2018   Plus de vingt associations saisissent le juge de...

  • Plan grand froid : un gymnase géré par le CASP pour accueillir 90 personnes sans-abri

    Plan grand froid : un gymnase géré par le CASP pour accueillir 90 personnes sans-abri

  • L'Exposition

    L'Exposition "La Prison oublions la" se prolonge du 5 février au 2 mars !

  • Recours devant le Conseil d’Etat contre les circulaires

    Recours devant le Conseil d’Etat contre les circulaires "hébergement d'urgence"

Marie PAINDORGE

 

Marie Paindorge, directrice du Pôle asile


J’ai pris la direction du Pôle Asile le 2 janvier 2012, dont les services s’adressent aux familles ayant une démarche de demande d’asile en cours ou qui ont eu un parcours de demande d’asile à Paris. L’accompagnement de ces familles est assuré par 3 services : la CAFDA, le service Réfugiés et Caspétape et un établissement : le CADA.

Quelle est votre formation ?

J’ai initialement une formation juridique, un DESS de droit humanitaire – droits de l’homme, qui m’a fait découvrir la protection internationale assurée aux réfugiés. J’ai récemment complété cette formation par un master 2 «gestion et management des institutions et organisations sanitaires et sociales ».

Comment êtes vous arrivée au CASP ?

C’est un cheminement tant professionnel que personnel, avec un intérêt permanent pour les droits des personnes étrangères en France.

Après une expérience riche en tant que coordinatrice d’un projet humanitaire en Turquie d’Enfants du monde – droits de l’homme, passionnée par les questions humaines et juridiques, j’ai débuté ma vie professionnelle à la Croix-Rouge française par l’accueil et l’accompagnement juridique de personnes demandeurs d’asile. J’y ai ensuite occupé différents postes, où je suis restée près de 10 ans. Ils m’ont conduit à coordonner les actions sociales conduites par les bénévoles sur les thématiques de lutte contre l’illettrisme et d’aide alimentaire. J’ai été en charge l’animation et la formation du réseau national des cadres-bénévoles des actions sociales.

En participant régulièrement à la mission de soutien des administrateurs ad hoc, bénévoles chargés de représenter les mineurs isolés arrivant à l’aéroport de Roissy et placés en zone d’attente, je suis restée en lien avec les problématiques des personnes étrangères, notamment des demandeurs d’asile, en France.

Après une brève expérience de direction d’une association parisienne intervenant sur l’hébergement et le logement des personnes sans abri, je n’ai pas résisté au plaisir de retrouver, dès que possible, un public et des problématiques qui m’ont toujours passionnés. Le CASP m’a offert cette chance : participer à l’accompagnement des demandeurs d’asile, dans un contexte social et politique certes difficile, mais dans le cadre de valeurs associatives que je partage.

Comment s’est passée votre prise de fonction ?

Elle est intervenue à un moment tout particulier du Pôle Asile. Le référentiel des  plates-formes de premier accueil des demandeurs d’asile, qui encadre les services proposés par la CAFDA  a été publié par l’Ofii, le principal financeur, le 23 décembre 2011. Les grandes lignes étaient connues, mais l’impact des changements a pu alors être mesuré.

Ce secteur, comme nombre d’autres dans le secteur social, connait des mutations profondes, et tous les services du Pôle Asile sont touchés. Le CADA voit de nouveau ses subventions diminuées, le service de Caspétape à destination des familles déboutées de leurs demandes d’asile voit ses missions évoluées vers un public plus ciblé, la CAFDA voit l’accompagnement social qu’elle a toujours proposé aux familles largement diminué. C’est donc dans un contexte difficile et de changements que j’ai pris cette fonction.

Je reste convaincue, malgré ces mutations importantes, qu’il reste des services  à défendre, à maintenir, à faire évoluer, à réinventer, contribuant à rendre effectif les droits des personnes sollicitant la protection internationale de réfugié en France.  L’engagement incroyable des équipes salariées et bénévoles du Pôle Asile que je perçois depuis 6 mois, conforte quotidiennement ces convictions et renforce ma motivation.

Lu 3946 fois

NEWSLETTER

Restez informé de l'actualité du CASP en recevant notre lettre d'information :


Après avoir cliqué sur "S'inscrire", vous recevrez un email vous invitant à valider votre inscription.

NOS STRUCTURES

EMISSIONS RADIO

VIDEO

DERNIER CASPINFO

CASP - Centre d'Action Sociale Protestant

20 rue Santerre - 75012 Paris

Copyright © 2017 | Nous contacter