Déduction fiscale de vos dons : pas de changement pour 2017

Déduction fiscale de vos dons : pas de changement pour 2017

  Beaucoup se demandent quel sera l'impact du prélèvement à la source, annoncé initialement pour ...

Lettre aux député-e-s : proposition d'amendement des articles 27 et 28 de la loi de programmation et d'orientation sur le redressement de la justice

Lettre aux député-e-s : proposition d'amendement des articles 27 et 28 de la loi de programmation et d'orientation sur le redressement de la justice

Retrouvez ci-dessous la lettre inter-associative aux député-e-s, signée par le CASP-ARAPEJ, relative...

Budget pénitentiaire 2018 – Pour un vote éclairé

Budget pénitentiaire 2018 – Pour un vote éclairé

Dans une démarche inédite, 27 associations et syndicats impliqués dans le champ pénitentiaire interp...

  • Déduction fiscale de vos dons : pas de changement pour 2017

    Déduction fiscale de vos dons : pas de changement pour 2017

  • Lettre aux député-e-s : proposition d'amendement des articles 27 et 28 de la loi de programmation et d'orientation sur le redressement de la justice

    Lettre aux député-e-s : proposition d'amendement des articles 27 et 28 de la loi de programmation et d'orientation sur le redressement de la justice

  • Budget pénitentiaire 2018 – Pour un vote éclairé

    Budget pénitentiaire 2018 – Pour un vote éclairé

Jean- Noel RACHET

Vous êtes le trésorier du CASP depuis fin 2008. Qui êtes-vous et quel est votre parcours professionnel ?

Agé de 64 ans, je suis parisien depuis toujours, issu d’un milieu plutôt favorisé, et marié à un professeur d’histoire passionné par son métier. Deux enfants ont enrichi ma vie, par eux-mêmes d’abord puis par les quatre petits-enfants qu’ils nous ont apportés. L’aîné débute ses études supérieures. Mon parcours professionnel s’est déroulé dans le monde de l’entreprise. D’abord salarié de la filiale française d’une agence américaine d’animation des réseaux de vente, j’ai à 30 ans été atteint par le “virus”, devenu passion, de la création d’entreprise. Cette passion ne m’a jamais quitté. J’ai créé et dirigé un groupe de PME ayant compté jusqu’à une centaine de collaborateurs, composé d’une agence de communication directe et de sociétés d’assistance informatique et de développement de progiciels contribuant à la sécurité des personnes et des biens. Au moment de ma retraite, en 2010, j’étais devenu conseil indépendant. De façon parallèle, j’ai mené une carrière d’officier de réserve dans l’Armée de terre, qui s’est achevée en 2011, atteint par la limite d’âge du grade de colonel.

En quoi ce parcours, associé à vos expériences plus personnelles, a-t-il motivé cet engagement bénévole au service du CASP?

À première vue, cette double carrière ne prédisposait guère à un engagement dans le secteur social, et ce particulièrement au CASP puisque j’en ignorais l’existence. Les clefs de cet engagement se trouvent dans les rencontres que j’ai faites tout au long de ma vie, dans ma perception de la montée grandissante de la précarité, avec tout ce qu’elle engendre de drames humains individuels ou familiaux et de facteurs de danger pour notre société tout entière, dans mon profond attachement enfin aux valeurs du protestantisme libéral. D’une façon qui pourra surprendre, ma carrière militaire a ouvert la voie à un tel engagement, en m’apprenant ce que “servir” voulait dire et en me faisant rencontrer des hommes et des femmes différents, m’ouvrant ainsi les yeux sur la richesse de ces différences et sur la nécessité, parfois absolue, de contribuer à aider tel ou tel à franchir un cap difficile. Lorsque Vincens Hubac m’a incité fin 2008 à me rapprocher du CASP, confronté à la brutale maladie du trésorier d’alors, et m’a dit avec chaleur et conviction ce qu’étaient le CASP et son action, je me suis aussi souvenu d’exemples discrets au sein de ma propre famille, tels mon beau-père se plongeant dans le quartier des Halles pour sortir des prostituées de la rue, ou l’un de mes oncles apportant à une association proche du CASP ses talents de médecin, alors que tous deux connaissaient une vie professionnelle brillante, donc lourde. Soutenu et encouragé dans cette démarche par ma femme, en premier lieu, puis par mes échanges avec deux administrateurs, Priscille Fallot et Philippe Westercamp, j’ai décidé de présenter ma candidature pour cette nouvelle mission, premier engagement dans le monde associatif.

En quoi consiste votre mission de trésorier au CASP ?

Le trésorier, d’abord administrateur, participe aux débats et échanges qui aboutissent aux décisions et prises de position du conseil d’administration. Au sein d’une association de la taille du CASP, il a selon moi un double rôle d’éclaireur et de facilitateur : éclairer les décisions à prendre par le conseil d’administration ou son Bureau par le regard du gestionnaire et du manager acquis au cours de ma vie professionnelle, faciliter la circulation fluide d’informations économiques claires entre les équipes opérationnelles et les instances de l’association. La présentation des comptes annuels à l’Assemblée générale en constitue un exemple.

En période de rigueur budgétaire, quelle marge de manœuvre reste-t-il au CASP face aux pouvoirs publics ?

Quitte à surprendre ici aussi, je suis raisonnablement optimiste sur ce plan. La qualité du travail effectué par les équipes opérationnelles et celle du dialogue mené par les instances et la direction générale avec nos financeurs (même, et surtout, lorsque ce dialogue est tendu) nous font bénéficier de la confiance des pouvoirs publics. Il suffit pour s’en persuader de penser à la récente ouverture de Reuilly. Cette confiance, associée à notre volonté d’aller de l’avant, fonde l’avenir du CASP.

 

Lu 2288 fois

NEWSLETTER

Restez informé de l'actualité du CASP en recevant notre lettre d'information :


Après avoir cliqué sur "S'inscrire", vous recevrez un email vous invitant à valider votre inscription.

NOS STRUCTURES

IMPLANTATIONS

EMISSIONS RADIO

VIDEO

DERNIER CASPINFO

CASP - Centre d'Action Sociale Protestant

20 rue Santerre - 75012 Paris

Copyright © 2017 | Nous contacter