Vous pouvez dès maintenant consentir un don en ligne au CASP

Vous pouvez dès maintenant consentir un don en ligne au CASP

Une nouvelle page a été ajoutée au site internet du CASP, qui permet de déclencher un don avec ...

Accueil des migrants - Gymnase René Mouchotte

Accueil des migrants - Gymnase René Mouchotte

Mercredi 30 mai, le CASP s’est mobilisé pour accueillir 71 migrants du camp du Millénaire, près de l...

Retour sur l'Assemblée générale du 23 juin

L’Assemblée Générale de ce début d’été 2018 s’est tenue comme l’année précédente à l’AEPP, le foyer ...

  • Vous pouvez dès maintenant consentir un don en ligne au CASP

    Vous pouvez dès maintenant consentir un don en ligne au CASP

  • Accueil des migrants - Gymnase René Mouchotte

    Accueil des migrants - Gymnase René Mouchotte

  • Retour sur l'Assemblée générale du 23 juin

Élise Louboutin actuellement Chef de service Arapej 93, prochainement “chef de service en missions volantes”.

Sa candidature au poste de chef de service en missions volantes a été retenue fin janvier.

Dès qu’un chef de service sera recruté pour la remplacer à Arapej 93, elle prendra ses nouvelles fonctions.

Pouvez-vous nous dire quelle est votre formation et quel a été votre parcours professionnel avant d’intégrer l’association Arapej ?

Élise Louboutin. Je suis de formation éducatrice spécialisée.

J’ai exercé dans plusieurs types de structures : en Maison d’Enfants à caractère social (auprès d’enfants placés), en Centre d’hébergement et de réinsertion sociale (auprès d’hommes et de femmes sortant de détention ou en aménagement de peine), en prévention spécialisée, en Lits Halte Soins Santé (auprès de personnes sans domicile ayant besoin de soins infirmiers), et en Appartements de coordination thérapeutique (auprès de personnes atteintes d’une maladie chronique lourde et invalidante ayant besoin d’une coordination médicale).

Cela fait quatre ans que vous êtes chef de service à Arapej 93. Qu’est-ce qui vous a motivé pour postuler à cette fonction nouvelle et expérimentale pour une durée d’un an ?

Élise L. La diversité des missions, le challenge professionnel, et ma curiosité de découvrir des nouveaux publics, des nouvelles équipes, et des nouvelles missions.

Vos deux missions principales seront le remplacement de chef de service absent et le soutien auprès d’un directeur de pôle… Pouvez-vous les expliciter ?

Élise L. Lorsqu’un chef de service sera absent pour une durée supérieure à 3 semaines (maladie, formation, ou en attente d’une nouvelle embauche), le directeur du pôle concerné pourra demander mon intervention provisoire.

Les directeurs de pôle pourront aussi demander mon soutien dans le cadre de la mise en œuvre d’un nouveau projet, d’une extension ou autres.

Où serez-vous basée physiquement entre deux missions ?

Élise L. Mon bureau sera installé au siège à Montreuil.

Comment vous projetez-vous dans ce nouveau poste, à quelques jours de votre prise de fonction ?

Élise L. Je suis impatiente de prendre ma première mission. J’espère pouvoir répondre au mieux aux attentes de chacun. Évidement je pense que j’aurai quelques appréhensions les jours qui précéderont ma prise de poste. Mais je suis certaine de trouver en interne les ressources sur lesquelles m’appuyer si nécessaires (que ce soit auprès des équipes en place, des directeurs de pôles/branches et autres).

Malgré la complexité que peut représenter cette mission, j’espère vivre une très belle et riche expérience professionnelle.

Enfin, je suis émue de quitter l’Arapej 93, ses résidents et son équipe auprès de qui j’ai grandement apprécié travailler durant ces quatre années.

Je suis très fière de laisser ma place à la personne qui va me remplacer, ce sont de bons professionnels et un formidable boulot !

L’Assemblée Générale de ce début d’été 2018 s’est tenue comme l’année précédente à l’AEPP, le foyer étudiant de la rue Titon (XIe).

Après le rapport moral du président Antoine Durrleman, le rapport d’activité de Gilles Petit-Gats, directeur général, la présentation des comptes 2017 par Jean-Noël Rachet, trésorier, et le rapport du commissaire aux comptes, les comptes 2017 et le budget 2018 ont été approuvés.

La spécificité de cette assemblée tenait à la présence d’Etienne Pinte (à droite sur la photo) , aujourd’hui président du Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale et précédemment membre de la Commission des Affaires Sociales et membre du Conseil d’administration de l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) où il représentait l’Assemblée nationale.

Lors de son intervention, il a dressé une carte de la pauvreté en France, fait part de son analyse de la politique menée actuellement par le gouvernement et donné sa vision de l’accueil des migrants en France.

L’association Eat&Meet BUS favorise le lien interculturel à travers le langage culinaire et ouvre de nouvelles perspectives professionnelles et sociales aux réfugiés.

En partenariat avec l’association, le CADA a organisé le 12 mai dernier un atelier cuisine suivi du partage d’un repas kurde, dans les locaux gracieusement prêtés par La Clairière.

L’idée était de réunir – dans un souci d’intégration par la cuisine, de tissage de liens et de découverte des richesses d’autrui – des Parisiens et des personnes demandeuses d’asile autour d’une recette à confectionner et d’un repas à partager.

Le chargé d’intégration du CADA, Yousif Raissac a confectionné pour cette occasion une recette kurde, le Nane-Tite, à base de pâte de pois chiche et de poulet, avec cinq personnes accueillies au CADA et cinq Parisiens.

Le repas a regroupé plus d’une trentaine de personnes, puisqu’il était ouvert – en plus des cuisiniers (11 personnes), à 20 Parisiens auxquels se sont joints 5 invités du CADA.

Pour les personnes extérieures – les “Parisiens” – qui participaient à l’atelier et au repas, il était demandé 30€ ; et 15€ pour celles qui n’assistaient qu’au repas.

“Eat&Meet” s’était chargé de recueillir les inscriptions.

Les bénéfices seront partagés entre Eat&Meet et le CADA. Cette recette servira à financer le projet porté par les accueillis du centre d’aller dans un parc d’attraction. Cette expérience sera reproduite plusieurs fois dans l’année.

Organisée par le HCR, la Ville de Paris et la FAS (Fédération des acteurs de la solidarité, ex-Fnars), le rassemblement s’est tenu place de la République à Paris.

Au programme : jeux, concerts, expositions photos, atelier bouquet avec les réfugiés ainsi qu’un défilé de mode « jungle style » inspirée des habits des réfugiés de Calais.

Louiza Daci, directrice du pôle asile du CASP, a participé à une table ronde autour du thème : “Accueil et intégration des réfugiés : quels sont les besoins ?”, au côté des représentants de la Délégation interministérielle Accueil et intégration réfugiés, de l’Unicef, de la Fondation Armée, et d’un migrant.

Louiza Daci à insisté sur le fait que le parcours d’insertion se construit dès la demande d’asile avec notamment la mise en place d’un enseignement de qualité de la langue française, la réduction des délais de signature et de mise en place des Contrat d’intégration républicaine (CIR), la reconnaissance des diplômes étrangers et des permis de conduire. Elle a également insisté sur l’importance de l’accès à l’emploi, levier pour accéder au logement de droit commun, et sur la nécessité de doter les chantiers d’insertion de plus de moyens et de leur donner une dimension régionale.

Mercredi 30 mai, le CASP s’est mobilisé pour accueillir 71 migrants du camp du Millénaire, près de la Porte de la Villette – avant son démantèlement à l’aube – dans un gymnase du 14e arrondissement.

Une équipe de 23 volontaires “caspiens” se sont organisés dès 6h45 pour recevoir les personnes comme il se doit. Lits de camps, kits d’hygiène, cartes d’accès au gymnase, repas, tout était coordonné.

Les volontaires caspiens se sont à nouveau mobilisés le lundi 4 juin pour accueillir de nouveaux arrivants...

152 personnes jeunes ont été accueillies (25 d’entre elles seulement ont 30 ans et plus), venues de 10 pays différents avec une prévalence d’Afghans et de Soudanais. La gestion d’une mise à l’abri pendant 3 semaines de tant de personnes n’est pas chose facile, avec deux équipes intérimaires, et des agents de sécurité de la Ville de Paris qui doivent apprendre à travailler ensemble très rapidement, dans un contexte très mouvant. Durant cette période se sont ajoutés des problèmes liés aux travaux autour et sous le gymnase, au voisinage (école et terrain de sport adjacent au gymnase ; une copropriété frileuse), et à l’organisation des orientations par la Préfecture qui ont impulsé un rythme soutenu dans la prise en charge.

Les équipes ont pendant cette période réalisé notamment les évaluations des parcours de demandeurs d’asile et des situations sociales, assuré un atelier de FLEU et obtenu l’accès au terrain de sport en dehors des horaires de l’école élémentaire pour des matchs de foot. Le gymnase Mouchotte a fermé le 19 juin. La majorité des personnes accueillies a été orientée vers un CAES (Centre d’accueil et d’examens des situations), et 3 d’entre elles, très avancées dans leur demande, vers un Centre d’accueil et d’orientation provinciale.

Mise à jour : Notre animatrice bénévole Florence Dutheil présentera une interview de la réalisatrice du film Stéphane Mercurio dans l'émission "Clin d'oeil" le 31 Mars. A écouter dès 17h45 sur Fréquence Protestante 100.7 FM

Le CASP est partenaire du film "Après l'ombre", un film documentaire sur l'incarcération racontée au travers de témoignages de personnes ayant connu une situation de détention. Sortie en salle le 28 mars

Dans la pièce de théâtre Une longue peine, de Didier Ruiz, trois hommes et une femme qui ont connu la prison pendant de longues années racontent, par fragments, des situations qu'ils ont vécues. La mise en scène laisse entièrement la place à une parole digne et puissante qui évoque, sans détour ni fioritures, des expériences - parfois inimaginables - de leur vie en prison ou au parloir.

S'il évoque ce vécu, le film Après l'ombre met avant tout en évidence le travail d'élaboration de cette parole, soutenue et encouragée par le metteur en scène. Quand on a été privé de liberté(s) pendant si longtemps, quels récits peut-on en faire ? Comment transformer des expériences personnelles douloureuses, parfois ancrées dans la chair, en témoignages que l'autre peut entendre ? C'est ce processus que montre le film. André, Annette, Eric, Alain et Louis témoignent ainsi, avec courage et générosité, de ce qu'ils ont enduré en prison et des traces que celle-ci laisse longtemps après que son ombre se soit éloignée. A nous de nous en saisir pour réfléchir aux débats actuels sur le sens de la peine et la place que doit occuper la peine de prison dans notre système de justice pénale.

 

Voire la bande annonce

Voir le site du film

 

Après l'ombre - Sortie le 28 mars

Réalisation: Stéphane Mercurio - Distribution : Docks 66 - Durée : 93 minutes

Au sein d’un centre d’hébergement accueillant 52 femmes accompagnées par une équipe de 15 salariés (situé dans le 11ième arrondissement de Paris).

 

MISSIONS

Le ou la bénévole aura pour missions

  • Impliquer les résidentes dans l’aménagement et l’entretien de mini jardins ou de mini potagers dans les différents espaces du centre en privilégiant des matériaux de récupération.
  • Et/ou mettre en lien les résidents avec des jardins partagés existants dans l’arrondissement.

 

Action régulière (fréquence à déterminer) en journée, soirée ou week-end.

Dès que possible jusqu’à la fin de l’année.

 

COMPETENCES POUR CETTE MISSION

Connaissances techniques en couture

Capacité d’animation

 

CONTACT

Laurent FAIVRE - Chef de service

laurent.faivre[at]casp.asso.fr

Au sein d’un centre d’hébergement accueillant 54 hommes accompagnés par une équipe de 12 salariés (situé à Ivry-s-Seine près du tram Maryse Bastié 75013 Paris).


MISSIONS

Le ou la bénévole aura pour missions

 

  • Accompagner les résidents dans des activités de bricolage dans les espaces extérieur du centre : fabrication d’un abri, de mobiliser de jardin en privilégiant des matériaux de récupération.

 

Action régulière (fréquence à déterminer) en journée, soirée ou week-end. Dès que possible jusqu’à la fin de l’année (civile ou scolaire).

 

COMPETENCES POUR CETTE MISSION

Connaissances en bricolage

Capacité d’écoute, d’animer un groupe d’adultes

 

CONTACT

Khadidiatou Faye - Chef de service

khadidiatou.faye[at]casp.asso.fr

Au sein d’un centre d’hébergement accueillant 54 hommes accompagnés par une équipe de 12 salariés (situé à Ivry-s-Seine près du tram Maryse Bastié 75013 Paris).


MISSIONS

Le ou la bénévole aura pour missions

  • Accompagner les résidents dans les activités de jardinage dans le jardin et le potager du centre.

Action régulière (fréquence à déterminer) en journée, soirée ou week-end. Dès que possible jusqu’à la fin de l’année (civile ou scolaire).

 

COMPETENCES POUR CETTE MISSION

Connaissances en jardinage

Capacité d’animer un groupe d’adultes

 

CONTACT

Khadidiatou Faye - Chef de service

khadidiatou.faye[at]casp.asso.fr

Au sein d’un centre d’hébergement accueillant 52 femmes accompagnées par une équipe de 15 salariés (situé dans le 11ième arrondissement de Paris).

MISSIONS

Le ou la bénévole aura pour mission

  • de conseiller et de coiffer des hommes sur le site du centre

 

Action régulière (fréquence à déterminer) en journée, soirée ou week-end. Dès que possible jusqu’à la fin de l’année (civile ou scolaire).

 

COMPETENCES POUR CETTE MISSION

Connaissances en coiffure

Capacité d’écoute

 

CONTACT

Laurent FAIVRE - Chef de service

laurent.faivre[at]casp.asso.fr

«DébutPrécédent123456SuivantFin»
Page 1 sur 6

NEWSLETTER

Restez informé de l'actualité du CASP en recevant notre lettre d'information :

NOS STRUCTURES

EMISSIONS RADIO

VIDEO

DERNIER CASPINFO

CASP - Centre d'Action Sociale Protestant

20 rue Santerre - 75012 Paris

Copyright © 2017 | Nous contacter