Déduction fiscale de vos dons : pas de changement pour 2017

Déduction fiscale de vos dons : pas de changement pour 2017

  Beaucoup se demandent quel sera l'impact du prélèvement à la source, annoncé initialement pour ...

Accueil des migrants : lettre ouverte des associations au Président de la République

Accueil des migrants : lettre ouverte des associations au Président de la République

Monsieur Emmanuel MACRON Président de la République PALAIS DE L’ELYSEE 55 RUE DU FAUBOURG SAINT-H...

Lettre aux député-e-s : proposition d'amendement des articles 27 et 28 de la loi de programmation et d'orientation sur le redressement de la justice

Lettre aux député-e-s : proposition d'amendement des articles 27 et 28 de la loi de programmation et d'orientation sur le redressement de la justice

Retrouvez ci-dessous la lettre inter-associative aux député-e-s, signée par le CASP-ARAPEJ, relative...

  • Déduction fiscale de vos dons : pas de changement pour 2017

    Déduction fiscale de vos dons : pas de changement pour 2017

  • Accueil des migrants : lettre ouverte des associations au Président de la République

    Accueil des migrants : lettre ouverte des associations au Président de la République

  • Lettre aux député-e-s : proposition d'amendement des articles 27 et 28 de la loi de programmation et d'orientation sur le redressement de la justice

    Lettre aux député-e-s : proposition d'amendement des articles 27 et 28 de la loi de programmation et d'orientation sur le redressement de la justice

Une journée Portes ouvertes a été organisée le samedi 17 septembre. Antoine Durrleman, Président du CASP et Gilles Petit-Gats ont accueilli François Vauglin, maire de l'arrondissement, et de Annie Choquet, responsable de l'accueil et de l'hébergement à la DRIHL de Paris. 

Après un mois et demi de travaux, les premières familles ont été accueillies depuis le 2 août par l'ESI familles. Le CASP, en partenariat avec l'OSE a ouvert un ESI temporaire situé dans le 11ème arrondissement. 

L’ESI accueille des familles en situation d’errance, orientées par les maraudes du secteur et leur propose un temps de repos, un espace sanitaire-douche, un espace de jeux pour les enfants. Une équipe éducative et sociale, ainsi qu’un psychologue de l’OSE et un infirmier interviennent auprès des familles qui le souhaitent pour initier ou soutenir leurs démarches. 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

7 juillet 2016

Dans le cadre du “Pacte Parisien de lutte contre la grande exclusion », le CASP a emporté, avec l’association OSE un appel à projet visant la création en 2016 d’un nouvel Espace Solidarité Insertion (ESI) Familles, couplé à un Lieu d’Accueil Enfant Parent (LAEP).

En amont de l'ouverture de cette nouvelle structure dans des locaux pérennes que la Ville souhaite trouver dans le cœur du centre de Paris, un accueil de jour provisoire sera ouvert dans les anciens locaux de la PSA Bastille/PMI rue du Chemin Vert. Les familles orientées par les maraudes pourront y trouver des prestations qui répondent à leurs besoins primaires - un lieu de repos et de jeu pour les enfants, des boissons et goûters, l'accès à une laverie et des douches - ainsi qu'un accompagnement social, médical psychologique et éducatif. A terme, L'ESI sera adossé à un Lieu d'Accueil Enfants Parents(LAEP) et un accompagnement dans le domaine de la protection de l'enfance portés par l'association OSE. D'autres partenariats associatifs (Charonne, Hors la rue, le dispositif ROM-Civic des Enfants du Canal, Médecin du Monde...) viendront étayer cette activité auprès de familles provenant majoritairement des pays de l'Europe de l'Est, dont des familles ROM. La dimension multiculturelle et linguistique sera notamment un élément primordial de cette action auprès de familles qui, pour la plupart, seront très éloignées de l'insertion, installées dans la rue, des abris de fortune et des bidonvilles de la région parisienne.

Fondée en 1912, l’association OSE (œuvre de Secours aux Enfants, Paris 10e) est une association reconnue dans le domaine de la protection de l’enfance. Elle intervient dans les secteurs du médico-social et de l’action socio-éducative : Enfance et famille, Santé, Personnes âgées, Personnes en situation de handicap.

Les Assemblées générales du CASP et de l'Arapej ont voté au mois de juin le traité de fusion du CASP avec L'Arapej. 

La fusion avec l’Arapej est effective depuis le 1er juillet. 

Hormis 2 services - le RSA et Le Rebond- qui sont rattachés à des pôles CASP pré-existants, l’ensemble des actions de l’Arapej constituent 2 nouveaux pôles du CASP :

  • le pôle Hébergement – Logement Arapej,
  • le pôle Droit et Justice Arapej.

 

En attendant la refonte des sites internet, pour plus d'information sur l'Arapej, nous vous invitons à consulter le site : www.arapej.fr

 

 

Lundi 20 juin, le centre d'hébergement d'urgence CASP - Jardin du Monde a été inauguré par Anne Hidalgo, Maire de Paris ; Dominique Versini, Adjointe, chargée de toutes les questions relatives à la solidarité aux familles, à la petite enfance, à la protection de l'enfance, à la lutte contre l'exclusion ; Patrick Donath, Maire de Bourg-La-Reine ;  Alice Taglioni, marraine du CASP et Antoine Durrleman, Président du CASP.

Après plusieurs mois de travaux pour réaménager les lieux, les équipes du CASP ont accueilli le 14 février 19 femmes demandeuses d’asile, dont 6 femmes enceintes et 25 enfants.

 

Communiqué de presse juin 2016 Inauguration Jardin du Monde

 

Le CASP a signé un partenariat avec cestbonesprit.fr, le site des petites annonces “avec du don dedans”.

C'est une façon originale d'aider notre association. Cela permet au vendeur et à l'acheteur de faire une bonne action en soutenant notre cause. Et puis c'est une démarche écologique puisqu'elle permet de donner une seconde vie aux objets.

Soutenez le CASP dès aujourd'hui en vendant et en achetant des objets de seconde main au profit de notre association.

Cestbonesprit.fr est le 1er vide grenier solidaire sur le web.

 

Mission proposée 

Nous accompagnons un public mixte, 16 hommes et 4 femmes en Maison relais âgé de 35 à 67 ans. Il s’agit d’un dispositif où les personnes vivent en studio autonome. Les personnes

ont eu un parcours de vie difficile et certaines d’entre elles sont encore très isolées.

Le souhait pour quelques une d’entre elles serait qu’une personne intervienne à la Maison relais pour apporter un moment de bien être, soit au travers de la coiffure, l’esthétisme voir

même de la podologie.

Nous recherchons, une personne bénévole qui souhaiterait intervenir dans notre structure. Une ou deux journées par mois l’après-midi (par exemple de 15h à 18h)

 

Savoir-être / compétences

-       Être patient, discret, et à l’écoute

-       S’engager dans la durée

 

Disponibilité

1 ou 2 Journées par mois, l’après midi

 

Structure

La Maison relais Servan du CASP (Centre d’Action Sociale Protestant) est ouverte toute l’année. Elle permet d’accueillir et d’héberger 20 personnes isolées vieillissantes pour une

durée indéterminée. L’équipe de travailleurs sociaux  fait un travail d’accompagnement social individualisé et collectif au sein de la structure. Les objectifs principaux sont de créer du

lien social, d’orienter les personnes vers les dispositifs adaptés, et de valoriser leurs compétences à travers des temps de cuisine collectifs, de jeux de société et de sorties culturelles.

Lieu : 52 rue Servan – 75011 Paris

 

Contact

Candidature à envoyer à Sabrina Crouzet  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Tél. : 01.58.28.15.90

 

Mission proposée

Nous hébergeons et accompagnons 52 résidentes âgées de 45 à 88 ans, fragilisées à la fois par un parcours de vie difficile et par les problèmes liés au vieillissement (mobilité, santé, problème de compréhension…).

Nous recherchons un bénévole pour permettre un accompagnement physique de certaines résidentes lors de leurs déplacements (RDV médicaux / administratifs…).

 

Information complémentaire

Le bénévole sera contacté à la demande en fonction des besoins du service.

 

Savoir-être / compétences

  • Savoir se déplacer dans Paris

  • Etre patient / discret / à l’écoute / dynamique

  • S’engager dans la durée

 

Disponibilité 

Quelques heures dans le mois

 

La structure

Le centre d’hébergement de stabilisation Servan du CASP est ouvert toute l’année 24h/24. Il permet  d’accueillir et héberger 52 femmes isolées vieillissantes dans une dynamique d’accompagnement social individualisé et collectif, non limité d’avance.

Son intervention vise un travail sur les souffrances générées par l’exclusion sociale pour favoriser la reconstruction identitaire pour un retour à la citoyenneté.

Mission proposée :

Nous hébergeons 52 résidentes âgées de 45 à 88 ans, fragilisées à la fois par un parcours de vie difficile et par les problèmes liés au vieillissement (mobilité, santé…).

Nous recherchons un bénévole pour animer des ateliers (couture, tricot…).

Information complémentaire :

Le bénévole s’engage à tenir un atelier entre deux et quatre fois par mois au jour qui lui convient.

Savoir-être / compétences :

-       S’engager dans la durée

-       Etre en capacité de créer du lien avec les résidentes

-       Se sentir à l’aise pour animer un atelier

-       Etre patient / discret / à l’écoute / dynamique

Disponibilité :

Quelques heures dans le mois

Association :

Le centre d’hébergement de stabilisation Servan du CASP est ouvert toute l’année 24h/24. Il permet  d’accueillir et héberger 52 femmes isolées vieillissantes dans une dynamique d’accompagnement social individualisé et collectif, non limité d’avance.

Son intervention vise un travail sur les souffrances générées par l’exclusion sociale pour favoriser la reconstruction identitaire pour un retour à la citoyenneté.

Lieu : 52 rue Servan - 75011 Paris

 

Candidature à envoyer à Virginie Menessier

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .f

Tél. : 01.48.07.72.11

Chef de service du CHU de Reuilly depuis le 19 août 2014

Pouvez-vous nous dire quels ont été votre formation et votre parcours professionnel avant votre arrivée au CASP ?

J.-Y. : Je suis assistant social de formation initiale. J’ai travaillé en tant que travailleur social auprès des Equipes Mobiles d’Aide du 115 pendant deux hivers consécutifs, puis en toxicomanie au sein de l’association La Corde Raide situé dans le XIIe arrondissement. J’ai par la suite intégré la Fondation de l’Armée du Salut, toujours en tant que travailleur social, dans un Espace Solidarité Insertion (accueil de jour) situé boulevard Saint-Martin dans le IIIe arrondissement. Une opportunité professionnelle m’a permis de commencer à encadrer ce service, puis les deux ESI de la Fondation.

J’ai ensuite choisi de me tourner vers la prévention spécialisée. En effet, je cherchais à connaître une partie du parcours pouvant amener un jeune à rencontrer les structures accueillant normalement les personnes SDF. J’ai donc travaillé deux ans pour l’association Vie et Cité, à Bobigny. C’est pendant ce moment-là que j’ai présenté le CAFERUIS.

En 2010, la Fondation de l’Armée du Salut m’a recontacté pour accompagner un changement important dans la vie des établissements que j’avais encadrés auparavant. J’ai pu coordonner l’action de deux accueils de jour et d’un Centre d’hébergement et de réinsertion sociale pendant plus de trois ans.

Ensuite, après un bilan de compétence, j’ai intégré le CASP, pour une mission relative au CHU Reuilly, structure d’hébergement hivernal ouverte en décembre 2012.

En quoi consiste le métier de chef de service du CHU Reuilly ?

J.-Y. : Il s’agit de permettre au service de fonctionner de manière quotidienne. Cela touche à la fois aux questions logistiques (gestion du nettoyage, livraisons), aux questions managériales (gestion des équipes) et aux questions liées à l’accompagnement social du public reçu.

Mon premier travail est de pouvoir proposer un accueil le plus digne possible pour les bénéficiaires de nos services. Dans le quotidien, mes fonctions m’obligent à être très présent et très visible dans l’institution, tant pour les personnes hébergées que pour les salariés. L’accueil d’un public présentant de multiples problématiques sociales et somatiques est souvent compliqué et nécessite de nombreuses interventions ponctuelles afin de réguler le fonctionnement de l’établissement, et de permettre à chacun de trouver un lieu calme, apaisé et contenant.

Quelles sont les spécificités de ce CHU ?

J.-Y. : Le CHU Reuilly propose l’accueil inconditionnel de toutes les personnes orientées vers ses services, quelles que soient leurs situations administratives, somatiques ou sociales. Nous accueillons des hommes isolés, des femmes isolées et des couples.

L’objectif est de pouvoir évaluer et réorienter les hébergés vers des solutions d’hébergement les plus adaptées à leurs situations (Centre d’hébergement stabilisé, Centre d’hébergement et de réinsertion sociale…). Cela nécessite la mise en place d’une équipe de travailleurs sociaux qui travaillent avec le public accueilli sur l’avancée de leur situation sociale ou administrative, en lien avec les partenaires locaux parisiens (hôpitaux, accueils de jour, centres spécialisés en addictologie...).

L’accueil s’effectue de manière collective : les chambres sont grandes et peuvent accueillir jusqu’à six personnes.

Une équipe d’animation propose de nombreuses activités (sorties au cinéma ou au musée, peinture, atelier bien-être) qui permettent de créer du lien avec les personnes hébergées, et de pouvoir ainsi travailler le rapport à soi, aux autres et aux divers intervenants du parcours de réinsertion (CAF, Pôle Emploi, assistants de service sociaux polyvalents…). 

Comment avez-vous rencontré le CASP et plus particulièrement le CHU de Reuilly ?

Pouvez-vous nous raconter votre cheminement professionnel jusqu’à maintenant ?

Hélène Binoche : Je souhaitais offrir mes compétences et une partie de mon temps à un travail bénévole proche de mon domicile pour me consacrer à la recherche d’un emploi. J’ai découvert le CHU de Reuilly avant de découvrir le CASP en me renseignant sur les offres de bénévolat des 11e et 12e arrondissements. Une annonce publiée par le CHU de Reuilly a retenu mon attention. J’ai contacté Sonia Velon la Directrice du CHU qui m’a tout de suite reçu. Après seulement 5 mn je savais que je souhaitais m’engager au CHU pour une durée que je savais néanmoins devoir ne pas être indéterminée.

J’ai démarré mon parcours en 1993 en tant que Juriste Internationale puis j’ai évolué dans le secteur des avocats et enfin du conseil aux entreprises durant ces 8 dernières années où j’occupai s un poste de Manager de Market & Competitive Intelligence à la Direction internationale d’un groupe français de conseil en optimisation des charges. Suite à une réorganisation du groupe et d’un changement de stratégie, j’ai fait l’objet d’un licenciement...

étant adhérente et impliquée depuis de nombreuses années dans une association, le bénévolat ne m’était pas totalement inconnu et l’idée d’une activité à titre gratuit s’est imposée assez rapidement.

Quelles étaient précisément vos tâches dans le service ? Qu’est-ce qui vous a le plus marqué ?

H.B. Je consacrais au départ 2 demi-journées par semaine à l’accueil des résidents du CHU. Installée au sein de la bibliothèque, j’attendais que les hébergés viennent solliciter mes services. Très rapidement, j’ai été sollicitée pour la lecture et la compréhension de documents administratifs et juridiques (décisions de rejet concernant le droit d’asile, par exemple) par des personnes de langue russe – langue que je comprends un peu. Puis pour la rédaction de courriers personnels ou professionnels et l’élaboration de CV. Bien souvent, une de mes tâches a consisté à écouter les personnes et à les encourager.

Ma journée type consistait, après avoir salué les différentes équipes – celle de l’accueil des visiteurs externes, qui fait un travail remarquable et s’est toujours montrée extrêmement prévenante à mon égard, celle des assistantes sociales et éducateurs, la directrice et la chef de service avec laquelle je débriefais à peu près toutes les semaines – à me rendre au 1er étage du bâtiment pour mon travail d’écrivain public, équipée d’un ordinateur portable et d’une imprimante-scan.

J’ai eu parfois des demandes complexes à gérer de la part de certains résidents dans des situations d’urgence. J’ai toujours cherché à y répondre de manière méthodique et proportionnée. Certains m’en ont je crois parfois voulu sur le moment. Une situation particulière fut celui d’une femme de nationalité algérienne, venue me solliciter pour une demande de régularisation avec “considération humanitaire” qu’elle souhaitait adresser à la préfecture de police.

Ma plus grande satisfaction est le cas d’un jeune tunisien, qui devrait être recruté prochainement par les Compagnons d’Emmaüs. Il a démontré une grande ténacité et un courage immense durant toute la durée de son séjour au CHU de Reuilly.

Quel bilan feriez-vous de cette expérience et quelles leçons en tirez-vous ?

H.B. Une grande humilité en tout point. J’ai un peu culpabilisé lorsque j’ai pris ma décision d’arrêter mon « contrat de bénévolat ». Je crois que la Directrice l’a compris et m’en a délivré. Je l’en remercie ici !

Il serait présomptueux de faire un bilan sur à peine une année de travail bénévole. Néanmoins, je considère que ce travail a de la valeur pour des associations comme le CASP. Il vous prend aussi quelque chose mais d’une manière positive, je le sais aujourd’hui. S’agit-il de ce qu’on appelle un enrichissement ?

J’ai appris à connaître un peu le CASP – que je ne connaissais pas – et ses différentes structures. J’ai été avant tout séduite par son histoire, ses valeurs, par les personnes qui y travaillent, et surtout par l’esprit de bienveillance qui règne partout en son sein.

Il me semble enfin que le CASP dispose de moyens d’action relativement importants et qu’il devient à l’heure actuelle un interlocuteur particulièrement sérieux et légitime, dans un pays où le mot « bienveillance » ne signifie plus grand-chose.

15/12 /14

 

 

Mission

Assurer un entretien d'évaluation sur la situation administrative de la personne à domicilier en travaillant en étroite collaboration avec l'équipe d'agents d'accueil.

 

Profil

Personne retraitée ayant occupée une fonction de travailleur social

 

Disponibilité

1 à 2 demi journées par semaine

 

Contact 

Mireille Porter 01 53 33 87 73

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

NEWSLETTER

Restez informé de l'actualité du CASP en recevant notre lettre d'information :


Après avoir cliqué sur "S'inscrire", vous recevrez un email vous invitant à valider votre inscription.

NOS STRUCTURES

IMPLANTATIONS

EMISSIONS RADIO

VIDEO

DERNIER CASPINFO

CASP - Centre d'Action Sociale Protestant

20 rue Santerre - 75012 Paris

Copyright © 2017 | Nous contacter