60 kilos de déchets récoltés pour le World CleanUp day

60 kilos de déchets récoltés pour le World CleanUp day

Le CASP a participé le samedi 19 septembre au World CleanUp Day (journée mondiale du nettoyage de no...

Visionnez l'assemblée générale du CASP

Visionnez l'assemblée générale du CASP

L'assemblé générale du CASP s'est déroulée samedi 19 septembre avec les interventions suivantes : A...

Aurélie El Hasak-Marzorati, nouvelle directice du CASP

Aurélie El Hasak-Marzorati, nouvelle directice du CASP

  Depuis le 1er juillet 2020, Aurélie EL HASSAK-MARZORATI assure les fonctions de directrice g...

  • 60 kilos de déchets récoltés pour le World CleanUp day

    60 kilos de déchets récoltés pour le World CleanUp day

  • Visionnez l'assemblée générale du CASP

    Visionnez l'assemblée générale du CASP

  • Aurélie El Hasak-Marzorati, nouvelle directice du CASP

    Aurélie El Hasak-Marzorati, nouvelle directice du CASP

Le Code général des impôts prévoit désormais que les dons accordés en 2020 aux associations reconnues d'utilité publique qui agissent au profit des plus démunis d'entre nous bénéficient d'une réduction d'impôt de 75% de leur montant, jusqu'à concurrence de 1.000 €, au lieu de 537 € en 2019.

 

Les dons consentis au CASP en 2020 permettent ainsi une réduction de l’impôt sur le revenu plus importante que celle accordée en 2019, pour la fraction de dons comprise entre 537 et 1.000 €. Le mode de calcul de la réduction sur les dons supérieurs à 1.000 € est inchangée: ils bénéficient toujours d'une réduction d'impôt égale à 66% de leur montant.

A noter: les chiffres ci-dessus s'appliquent au total des dons consentis entre le 1er janvier et le 31 décembre, et non au montant de chacun des dons.

Par ailleurs, les dispositions désormais appliquées depuis la mise en place du prélèvement à la source restent inchangées. Le total des dons de l'année doit toujours être mentionné sur la déclaration de revenus à souscrire chaque année. Chaque don donne lieu à l'établissement par le CASP d'un "reçu fiscal". Dans le cas de plusieurs dons au cours de la même année, il convient donc d'additionner les montants figurant sur chacun d'eux.

A noter: ces reçus fiscaux ne sont plus transmis avec la déclaration de revenus. Il convient néanmoins de les conserver, pour pouvoir répondre à toute demande ultérieure de l'administration fiscale.

Tout comme en 2019,  le montant de la réduction d'impôt sera remboursé par le Trésor Public, en deux temps:

  • un acompte égal à 60% de la réduction de l'année précédente est versé courant janvier,

  • le solde est versé en juillet, égal au total de la réduction correspondant aux dons déclarés au cours du mois de mai précédent, diminué de l'acompte versé en janvier.

 

 

 

IMPÔT SUR LA FORTUNE IMMOBILIÈRE

RÉDUCTION MAINTENUE AU MÊME NIVEAU

 

Dès 2018, l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) remplace l’impôt sur la fortune (ISF). Il s’applique au patrimoine immobilier au-delà de 1,3 million d’euros, sans prendre en compte les biens affectés à l’usage professionnel. Aucun des autres biens précédemment soumis à l’ISF n’est concerné par l’IFI.

La réduction de cet impôt correspondant aux dons reste fixée au même niveau : 75%, comme auparavant pour l’ISF. Cette réduction s’applique aux dons à la Fondation CASP.

Penser à la faire figurer sur la déclaration IFI, devenue annexe de la déclaration de revenus, et, là encore, à conserver les reçus fiscaux.

 

En ces temps de crise sanitaire, si vous souhaitez faire un nouveau don pour nous soutenir le CASP,  le plus simple est d’utiliser le dispositif de don sécurisé en ligne en cliquant sur le bouton ci-dessous.

 

 

 

Faire un don en ligne

Par chèque

Téléchargez notre Bon de soutien CASP. Après l'avoir imprimé et rempli, merci de nous l'envoyer par la poste, accompagné de votre chèque à l'adresse suivante:

CASP, service dons, 88 rue Robespierre – 93100 MONTREUIL

Par virement CCP

CCP Paris 995-24-S

 

 

Le 10 juillet marque la fin de l’état d’urgence sanitaire et, avec elle, la fermeture des hébergements « hivernaux », l’arrêt des mises à l’abri sanitaires et la reprise des expulsions. Pour les 39 associations du Collectif des Associations Unies, cette date ne doit pas signifier la fin de l’aide apportée aux milliers de personnes sans-abri et mal-logées, pour qui les problèmes ne s’arrêteront pas le 11 juillet.

Les mesures déployées par les acteurs de la solidarité avec les services de l’Etat pendant la crise sanitaire, ont marqué une avancée importante dans la protection des plus vulnérables. 20 000 places d’hébergement dont 12 000 à l’hôtel ont été ouvertes, 14 000 places hivernales ont été maintenues, des centres de desserrement Covid-19 ont ouvert, des points d’eau dans certains bidonvilles ont été installés, des chèques service ont été distribués, la trêve des expulsions a été prolongée... Au-delà d’un répit pour les personnes, cette mobilisation a montré qu’avec des moyens, des solutions étaient possibles pour les personnes sans-abris et mal-logées !

Pourtant, ces efforts sont à nouveau circonscrits dans le temps etles associations du Collectif sont déjà les témoins d’un « après » inquiétant sur certains territoires.Depuis le déconfinement, nous assistons à la fermeture anticipée de centres d’hébergement et d’hôtels mobilisés pendant la crise, qui avaient permis de voir baisser les appels au 115 de 70%.

 

EN FRANCE

Près de 180 000 personnes étaient hébergées à la date du 22 juin 2020. Ce jour-là, plus de 3 000 personnes n’ont pas pu bénéficier d’un hébergement, principalement des familles.

60 % des nouvelles attributions d’hébergement se font à l’hôtel.

RHONE

Plus de 1 700 personnes vivent en squats et en bidonvilles sur l’agglomération lyonnaise.

Parc social sous dimensionné : 70 000 demandeurs pour 9 000 attributions par an dans le Rhône.

9 500 personnes sont en demande d’hébergement dans le Rhône.

BOUCHES-DU-RHONE

A Marseille, plus de 1 200 personnes sont hébergées grâce aux places mobilisées pendant la période de confinement.

Le taux de demandes non pourvues est passé de 40% à 72% depuis le déconfinement.

 

GIRONDE

Le 115 enregistre actuellement 85 % de demandes non pourvues.

 

NORD

Dans la métropole de Lille, 320 places ouvertes pendant la crise fermeront le 10 juillet.

A ce jour,si rien n’est proposé par les bailleurs sociaux et les services de l’Etat, 200 personnes seront sans solutions de logement ou d’hébergement.

 

 

 

Le 10 juillet cette situation risque fort de se dégrader rapidement, menaçant à nouveau les plus vulnérables. Si rien n’est fait pour l’en empêcher, la reprise des expulsions locatives comme celle des bidonvilles et squats, ainsi que la diminution des capacités d’hébergement et d’intervention sociale, provoqueront une vague de mises et de remises à la rue. Une catastrophe sociale qui doit à tout prix être évitée, à l’aube d’un été qui s’annonce caniculaire et face à un risque sanitaire toujours présent.

Face à cette urgence, le Ministre de la Ville et du Logement vient de s’engager à ce qu’aucune personne hébergée ne soit remise à la rue sans solution alternative. Il s’engage également à ce qui n’y ait aucune expulsion sans solution de relogement et annonce la publication d’une circulaire dans les prochains jours. Le Collectif des Associations Unies demande un engagement ferme et vérifiable de la part des pouvoirs publics – Etat et collectivités locales - pour maintenir, pérenniser et renforcer les mesures de protection, les capacités d’accueil qui ont été déployées pendant le confinement et les capacités d’orientation des ménages vers des solutions dignes et durables de logement. Quel que soit le statut administratif des personnes vulnérables concernées, aucune expulsion ou remise à la rue sans solution ne doit donc intervenir. Les associations du Collectif veilleront au respect de ces engagements. Pour atteindre ces objectifs le Collectif demande l’organisation dès la semaine prochaine et dans tous les départements de réunions associant l’ensemble des acteurs de l’hébergement et du logement sous l’égide du Préfet.

La fin de l’état d’urgence sanitaire doit être l’occasion d’un changement d’échelle ambitieux et nécessaire pour en finir avec le sans-abrisme et le mal-logement. Le Collectif des Associations Unies réitère ses 15 mesures à adopter d’urgence pour transformer l’essai et éviter d’ajouter de la misère à la crise économique et sociale.

 

Contacts presse :

Anne Lambert de Cursay, Chargée des relations médias – Fondation Abbé Pierre

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. – 06 23 25 93 79

Audrey-Jane Baldi - Responsable du service communication – Fédération des Acteurs de la Solidarité

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. – 06 17 80 03 52

Hélène Denise, Coordinatrice du Collectif des Associations Unies

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. – 06 16 76 22 30

Sandrine Poutonnet, Responsable Communication du CASP – 06 70 57 64 26

 

Les 39 associations du Collectif des Associations Unie

Advocacy France

Association des Cités du Secours Catholique

Association Nationale des Compagnons Bâtisseurs

Association DALO

ATD Quart Monde

Aurore

Centre d’action sociale protestant (CASP)

Collectif National Droits de l’Homme Romeurope

Collectif Les Morts de la Rue

Comité des Sans Logis

Croix-Rouge française

Emmaüs Solidarité

Emmaüs France

Enfants de Don Quichotte

Fédération d’aide à la santé mentale Croix Marine

Fédération des Associations et des Acteurs pour la Promotion et l’Insertion par le Logement (FAPIL)

Fédération de l’Entraide Protestante

Fédération Française des Equipes Saint-Vincent

Fédération des Acteurs de la Solidarité

Fédération Nationale des Associations Solidaires d’Action avec les Tsiganes et les Gens du voyage

(FNASAT-Gens du voyage)

Fédération Nationale des Samu Sociaux

Fédération Santé Habitat

Fondation Abbé Pierre

Fondation de l’Armée du Salut

France Terre d’Asile

Habitat et Humanisme

Jeudi Noir

La Cloche

Les petits frères des Pauvres

Ligue des Droits de l’Homme

Médecins du Monde

Secours Catholique

Solidarités Nouvelles pour le Logement

SoliHa – Solidaires pour l’Habitat

Union Nationale des Amis et des Familles de Malades Psychiques (UNAFAM)

Union professionnelle du logement accompagné (UNAFO)

Union Nationale des Comités Locaux pour le Logement Autonome des Jeunes (UNCLLAJ)

Union Nationale pour l’Habitat des Jeunes (UNHAJ)

Union Nationale Interfédérale des OEuvres et Organismes Privés Sanitaires et Sociaux (UNIOPSS)

https://collectif-associations-unies.org/

Facebook @CollAssoUnies - Twitter @CollAssoUnies

Téléchargez le Communiqué de presse : CP Ne passons pas d'une crise sanitaire à une crise humanitaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour vous informer sur les mesures et initiatives prises sur le terrain en

cette période de crise sanitaire – notamment dans les 14 structures

d'hébergement du CASP ouvertes 24h/24, vous trouverez en pièces

jointes les interviews menées à ce jour auprès de leurs chefs de service.


Les interviews :


- CHU Hélianthe

- Maison d'accueil Eglantine

- CHU Hivernal Les Vignes

- CHU L'Escale

- CHRS Cretet

- CHU Bessin

- La Maison dans la rue

- Numéro Vert Arapej

- Point d'Accès au droit 15e et 19e arrondissements

- Hôtel provisoire

- Educateur spécialisé en renfort dans d'autres structures

- Educatrice spécialisée, Arapej 93

- Educatrice spécialisée, Service RSA

- Portrait de deux salariés à la maison d'accueil Eglantine


NEWSLETTER

Restez informé de l'actualité du CASP en recevant notre lettre d'information :

NOS STRUCTURES

EMISSIONS RADIO

VIDEO

DERNIER CASPINFO

A LOT OF CRAP

CASP - Centre d'Action Sociale Protestant

20 rue Santerre - 75012 Paris

Copyright © 2017 | Nous contacter