viagra buy online
Le saviez-vous ? Le CASP communique sur ses réseaux sociaux pendant les journées nationales prison (JNP)

Le saviez-vous ? Le CASP communique sur ses réseaux sociaux pendant les journées nationales prison (JNP)

Du 20 au 29 novembre 2020, se tiennent les journées nationales prison (JNP) : 9 jours pour sensibi...

Visionnez l'assemblée générale du CASP

Visionnez l'assemblée générale du CASP

L'assemblé générale du CASP s'est déroulée samedi 19 septembre avec les interventions suivantes : A...

Vous donnez au CASP : de nouveaux avantages fiscaux et des modalités inchangées

Vous donnez au CASP : de nouveaux avantages fiscaux et des modalités inchangées

  Le Code général des impôts prévoit désormais que les dons accordés en 2020 aux associations ...

  • Le saviez-vous ? Le CASP communique sur ses réseaux sociaux pendant les journées nationales prison (JNP)

    Le saviez-vous ? Le CASP communique sur ses réseaux sociaux pendant les journées nationales prison (JNP)

  • Visionnez l'assemblée générale du CASP

    Visionnez l'assemblée générale du CASP

  • Vous donnez au CASP : de nouveaux avantages fiscaux et des modalités inchangées

    Vous donnez au CASP : de nouveaux avantages fiscaux et des modalités inchangées

Message du pasteur François Clavairoly à l'assemblée générale du CASP

Message du pasteur François Clavairoly

Président de la Fédération protestante de France


Assemblée générale du CASP

Samedi 19 septembre 2020

Foyer des étudiants protestants de la rue Titon


Chers amis,

Voici quelques mots d’un témoignage trouvé dans votre maison du Casp :

« Pour une femme c’est dur ! J’avais peur, je dormais dans l’accueil de l’hôpital, dans le métro... Je suis partie de chez moi pour demander qu’on m’aide. Tous les jours j’ai appelé le 115 et je suis là. Au début je ne voulais pas manger, je restais dans ma chambre à pleurer et je ne voulais parler à personne. Mais la responsable et l’éducatrice m’ont beaucoup aidée. Maintenant j’ai repris confiance et je vais parler dans un groupe avec d’autres femmes comme moi. J’ai aussi des activités... »

(Mme H.)

Ce témoignage si clair, si humble, cueilli au cours de la lecture du rapport d’activité 2019 du Casp, a accroché mon regard quelques instants. Je veux donc le relire avec vous, chers amis, réunis en assemblée générale, le temps compté d’une brève méditation.

Oui, il est bon de méditer, comme l’on dit, puisque ce mot de méditation renvoie dans son étymologie-même au soin, au prendre soin, à l’attention bienveillante portée en toute chose.

Méditer la parole, en prendre soin, est un acte auquel vous êtes habitués, sans doute, tout autant qu’à celui de porter attention aux personnes vulnérables et de toutes conditions qui vous sont confiées.

En ce jour d’assemblée, j’aimerais donc vous transmettre le message suivant : c’est qu’il existe un lien secret mais irréfragable qui tient ensemble l’attention prêtée au texte biblique et l’attention prêtée aux êtres humains.

Méditer, lire, c’est en effet relier, relier des mots et des phrases, exactement comme vivre c’est assurément se trouver relié et enfin parler à d’autres humains, comme l’écrit Mme H. dans son témoignage lorsqu’elle annonce ceci : « j’ai repris confiance et je vais parler dans un groupe avec d’autres femmes comme moi ».

Relier des mots entre eux, des mots qui font sens, comme le fait la bible au long de ses récits, et relier des êtres humains entre eux afin de rendre humain ce qui en eux risquait de se défaire, telle est la vocation de toute méditation. Tresser les mots de la vie pour lutter contre la détresse, voilà l’enjeu de la méditation : écouter, parler, penser, et ensuite partager avec d’autres vivants le sens de l’existence. Ce petit mot de Mme H. tresse des mots et soudain, par l’effet de la lecture de ces quelques mots, son existence apparait, nous apparait, nous en voyons presque le visage, nous en entendons la voix qui rencontre la nôtre.

La méditation qui sert à introduire une assemblée rend attentif par conséquent en même temps au texte et à autrui. La méditation d’introduction ne se résume donc pas à une vague pensée, vaguement rattachée à la bible, comme une sorte de coquetterie intellectuelle ou spirituelle presque obligatoire et un peu ennuyeuse qui commencerait notre réunion. Elle est au contraire un prélude puissant, une mise en forme de nos esprits et de nos corps pour nous tenir debout en nous-mêmes, dès le début, dès cette seconde, attentionnés, préparés, prêts à prendre soin de tout ce qui va nous être confié lors de cette assemblée. Et ce qui nous sera confié dans cette assemblée du CASP, ce sont les mots et les phrases des rapports et des textes qu’il faut étudier ensemble, les mots et les phrases échangés oralement ou lus ensemble, mais aussi la vie des hommes et des femmes que vous êtes, ceux qui agissent, qui travaillent au Casp, les salariés et les bénévoles, et toutes celles et ceux qui y sont accueillis, toutes celles et ceux qui dans la cité savent très bien quel est la hauteur et la largeur, la profondeur de vos engagements en vue de l’accès au droit, au logement, à la vie sociale, dans le lien avec les Eglises, les administrations et les autorités.

Méditer, ce n’est donc pas rêvasser ou même rêver.

C’est d’une certaine manière faire attention à ce qu’on lit, parce que ce qu’on lit parle des hommes et des femmes et de chacune de nos vies.

Alors voici les mots de la bible qui vont parler de vous. Ces mots sont en effet pour vous. Voici la lecture qui va rencontrer vos existences et vos travaux.

Ils sont tirés d’un texte vieux de 2500 ans, celui du prophète Jérémie, que nous avons choisi pour l’année qui vient, adressé à tous les membres de la Fédération protestante de France : vous les recevez en primeur ce jour. Ils nous disent simplement que vos actions et vos engagements ne sont pas vains ni absurdes mais assurément portés par une confiance, celle que Dieu place en chacune et chacun de vous, nous rappelant combien Dieu croit en nous plus que nous saurions croire en lui :

« Car moi, le Seigneur, je sais bien quels projets je forme pour vous : et je vous l’affirme : ce ne sont pas des projets de malheur mais des projets de bonheur. Je veux vous donner un avenir à espérer. »

Jr 29, 11.

Chers amis,

Que vos travaux portent les fruits que vous escomptez,

Soyez bénis,

Bonne assemblée,

Car maintenant, comme l’a dit notre témoin, « j’ai repris confiance, je vais parler »,

Amen.

Lu 831 fois

NEWSLETTER

Restez informé de l'actualité du CASP en recevant notre lettre d'information :

NOS STRUCTURES

EMISSIONS RADIO

VIDEO

DERNIER CASPINFO

A LOT OF CRAP

CASP - Centre d'Action Sociale Protestant

20 rue Santerre - 75012 Paris

Copyright © 2017 | Nous contacter

QQ