Vous pouvez dès maintenant consentir un don en ligne au CASP

Vous pouvez dès maintenant consentir un don en ligne au CASP

Une nouvelle page a été ajoutée au site internet du CASP, qui permet de déclencher un don avec ...

Accueil des migrants - Gymnase René Mouchotte

Accueil des migrants - Gymnase René Mouchotte

Mercredi 30 mai, le CASP s’est mobilisé pour accueillir 71 migrants du camp du Millénaire, près de l...

Retour sur l'Assemblée générale du 23 juin

L’Assemblée Générale de ce début d’été 2018 s’est tenue comme l’année précédente à l’AEPP, le foyer ...

  • Vous pouvez dès maintenant consentir un don en ligne au CASP

    Vous pouvez dès maintenant consentir un don en ligne au CASP

  • Accueil des migrants - Gymnase René Mouchotte

    Accueil des migrants - Gymnase René Mouchotte

  • Retour sur l'Assemblée générale du 23 juin

AUTRES ACTUALITES

EVENEMENTS

Accueil des réfugiés : devenir hébergeur

 

Depuis septembre 2014, la FEP (Fédération de l'Entraide Protestante) coordonne l’accueil et l’accompagnement de réfugiés du Moyen-Orient au sein des foyers et paroisses protestants. Pour poursuivre cette action pilotée par la Plateforme protestante pour l’accueil des réfugiés la Fédération besoin de recevoir de nouvelles propositions d’hébergement.

 


Toute personne physique ou morale (association, collectivité, entreprise) susceptible d’offrir pour les réfugiés une résidence digne et équipée peut devenir hébergeur. La FEP recherche des solutions d’hébergement partout en France pour des capacités d’accueil variables (de 1 à 10 personnes : couple avec des enfants en âges, familles nombreuses, etc.) :

 

  • Les hébergements proposés doivent être décents, équipés et accessibles en transports en commun, disponibles pour une durée de trois mois minimum, et garantissant une intimité suffisante aux personnes accueillies ;
  • Des groupes d’accueils (collectif) disposant de capacités humaines et financières suffisantes pour accompagner les personnes accueillies dans leurs premières démarches administratives et leur parcours d’insertion (environ 9 mois) doivent être constituer.

 

Pour formuler une offre d’hébergement, il convient de prendre contact auprès de la Plateforme protestante pour l’accueil des réfugiés qui échangera ensuite sur la proposition. Après validation de l’offre, la Plateforme propose d’héberger une famille en tenant compte des caractéristiques de l’hébergement proposé et des informations dont elle dispose sur la situation de la famille (composition familiale, niveau de langue, métiers, vulnérabilités).


Pour plus d’informations :

> Consultez le Guide pratique d’accueil des réfugiés chez les particuliers sur www.fep.asso.fr

> Contacter la Plateforme protestante pour l’accueil et l’accompagnement des réfugiés au 01 48 74 53 88 ou Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Vendredi 28 juillet, le CASP signait un bail pour installer les services de la CAFDA et de l’AT-SA (Accueil Temporaire  - Service de l’Asile) dans de nouveaux locaux.

 

Afin d’assurer des conditions toujours meilleures, à la fois pour les personnes accueillies et pour les salariés, ce sont 1850 m² répartis sur cinq niveaux (sous-sol, rez-de-chaussée, mezzanine, et deux étages) qui permettront d’exercer les missions d’accueil et de coordination des familles demandeuses d’asile réalisées par ces deux structures. Quatre entrées distinctes sont également disponibles ainsi que deux places de parking.

Situés rue du Faubourg-Saint-Denis à proximité de la Gare du Nord, ces locaux facilement accessibles accueillaient un ancien showroom de tapis persans, dont le propriétaire a adhéré et soutenu le projet du CASP.

Une phase de travaux, ainsi que l’implantation des bureaux sont encore à réaliser avant que la CAFDA et l’AT-SA ne puissent y exercer leur activité quotidienne.

 

Plus d'informations sur la CAFDA du Pôle Asile

 

Alors que le Président de la République et le Premier Ministre viennent de présenter les priorités du quinquennat et que le gouvernement s’apprête à fixer les orientations budgétaires pour le pays, le Collectif des Associations Unies souhaite faire part de ses plus vives inquiétudes. L’ambition de venir à bout de la pauvreté qui concerne 8.8 millions de personnes, et du mal-logement qui touche 4 millions de personnes, contraintes de vivre à la rue ou dans des conditions de logement inacceptables, ne semble à ce stade pas inscrite à l’agenda du gouvernement malgré l’urgence sociale qui sévit dans le pays.

Le Collectif des Associations Unies, qui regroupe 34 organisations de lutte contre les exclusions impliquées dans le champ du logement et/ou de l’hébergement, se réjouit de l’ambition affichée par le gouvernement en matière de rénovation thermique et de lutte contre les passoires thermiques. En revanche, il est particulièrement inquiet de la faiblesse du plan d’accueil des migrants annoncé le 12 juillet dernier. Il appelle donc à rehausser rapidement les objectifs de création de places en CADA (à hauteur de 40 000 durant le quinquennat contre les 7 500 annoncées), à réaffirmer avec force le principe de l'inconditionnalité de l’accueil en hébergement et à apporter immédiatement des réponses dignes aux personnes vivant à la rue ou en campement à Grande-Synthe, Calais comme dans tout le reste du pays.


Le Collectif est également particulièrement préoccupé par les propos tenus par le Premier Ministre quant aux prétendues économies qui pourraient être réalisées sur les aides au logement. La nécessaire construction de logements sociaux et très sociaux et la mobilisation du parc privé à vocation sociale appellent le déploiement de moyens financiers conséquents. C’est une des conditions majeures pour mettre concrètement en œuvre le plan quinquennal pour le « logement d’abord », annoncé par le Ministre de la cohésion des Territoires et salué par les associations.


Par ailleurs, les aides personnelles au logement (APL) ont d’ores et déjà été recentrées sur les ménages modestes et pauvres et ont fait l’objet de mesures d'économies depuis de nombreuses années, de sorte qu’elles ne couvrent pas suffisamment les charges des locataires et sont déconnectées par rapport à la réalité des loyers. Raison pour laquelle le Collectif appelle aujourd'hui à leur revalorisation, conjointement à la mise en œuvre d’une réelle politique d’encadrement des loyers en application de la loi ALUR, afin de faire baisser les prix à la location dans le secteur privé, et au renforcement de la sécurisation des risques locatifs.


Pour toutes ces raisons, le Collectif rappelle la nécessité d’adopter une loi de programmation financière et un plan pluriannuel incluant l’ensemble des politiques publiques de lutte contre les exclusions et le mal-logement.

 

 

Contacts Presse

 

Fédération des Acteurs de la Solidarité : Marguerite Bonnot : 01 48 01 82 32 / Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Fondation Abbé Pierre : Mighelina Santonastaso : 06 23 25 93 79

Lors de sa séance du 24 juin 2017, l’Assemblée générale du CASP a adopté à l’unanimité son nouveau projet associatif :

 

« Ensemble, un nouvel élan pour combattre l’inacceptable »

 

Cliquez ci-dessous pour télécharger ce nouveau projet associatif

 

 


 


Retour sur une année d’élaboration ...

 

Etapes de concertation



 

Large concertation : 251 personnes participantes

 

  • Enquêtes – questionnaire en ligne

165 questionnaires intégralement complétés ; soit 21% des équipes du CASP.

 

  • 3 groupes d’entretiens collectifs

17 personnes impliquées

 

  • Consultation des personnes accueillies

56 personnes accompagnées par le CASP se sont exprimés.

 

  • 13 Entretiens avec nos partenaires extérieurs

Aurore, la Cimade, Emmaüs Solidarité, la DRIHL Régionale, la DASES, la mairie du 12ème Paris, la SNCF, la DDCS 91, la mairie de Bourg la Reine (92), le bailleur I3F, la Ville de Paris, l’OFII, la direction interrégionale des services pénitentiaires.

 

Groupes de travail thématiques  : 45 participants- 3 ateliers thématiques – 9 réunions

Tous les pôles du CASP représentés. Tous les acteurs qui font le CASP aujourd’hui se sont mobilisés :

  • 16 administrateurs (dont le Président, 4 membres du bureau et 11 membres du conseil d’administration)
  • 16 membres des équipes (dont 2 bénévoles, 5 salariés et 9 cadres)
  • 13 directeurs (dont le directeur général, 9 directeurs de pôle et 3 membres de la direction générale)

 

Etapes des choix et de synthèse



La définition des priorités associatives

24 et 25 mars 2017 : Séminaire administrateurs-directeurs

30 participants, dont le président et le directeur général ainsi que :

  • 13 administrateurs
  • 9 directeurs de pôle
  • 6 directeurs siège

 

La synthèse des travaux : l’écriture du projet

Un Comité de rédaction

  • 3 administrateurs et 4 directeurs

Un Comité de relecteurs

  • Le président, le directeur général et 1 administrateur

 

La coordination des travaux assurée par le comité de pilotage

Composé de 3 administrateurs et 3 directeurs, il s’est réuni 10 fois dont 3 en présence du Cabinet Copas, qui a accompagné le CASP

 

L’adoption par l’Assemblée générale du 24 juin 2017


 

Après présentation des axes du nouveau projet associatif, suivi d’un échange et amendement, le texte a été adopté à l’unanimité par les membres de l’assemblée générale

 

 

Un projet ambitieux et rassembleur ...


Période 2017 - 2022

Les idées forces :

  • Une œuvre commune des adhérents, bénévoles et salariés du CASP
  • Démarche participative
  • Réunion de 3 associations : le CASP, l’ARAPEJ, la Clairière


Un projet fédérateur !


A chacun d’entre nous de le faire vivre, le faire nôtre et lui donner toute sa résonance dans nos pratiques quotidiennes auprès des personnes accompagnées.

A l'issue de la dernière assemblée générale ordinaire de la FAS - Fédération des acteurs de la solidarité (ex-FNARS) Ile-de-France, Gilles Petit-Gats, directeur général du CASP a été élu au conseil d'administration. Cette nomination permet de réaffirmer la place du CASP en tant qu'acteur incontournable sur les problématiques de solidarité au niveau régional, et de développer de futures actions partenariales.

Le Centre d’Action Sociale Protestant, notre CASP, a beaucoup évolué ces dernières années. Le conseil d'administration a jugé nécessaire de revisiter le projet associatif.
Le nouveau projet "Ensemble, un nouvel élan pour combattre l'inacceptable", sera soumis à l'approbation de l'assemblée générale qui se tiendra le samedi 24 juin 2017 à 9h30 à :


l’Association des Etudiants Protestants de Paris (AEPP)

4 rue Titon – 75011 Paris

(métro Rue des Boulets, ligne 9, ou Faidherbe-Chaligny, ligne 8)

Venez nombreux pour lui donner toute sa légitimité ! (Le règlement de la cotisation 2017 est nécessaire pour pouvoir voter ; il pourra s'effectuer sur place).

 

L'Ordre du jour de l'assemblée générale du 24 juin :

1. Rapport moral du Président  (résolution numéro 1).

2. Rapport du directeur général.

3. Projet associatif (résolution numéro 2).

4. Rapport financier.

5. Rapport du Commissaire aux comptes.

6. Approbation des comptes 2016 et affectation du résultat  (résolution numéro 3).

7. Approbation du budget 2017 (résolution numéro 4)

8. Renouvellement du conseil d'administration (résolution numéros 5 à 8).

9. Montant des cotisations 2018  (résolution numéro 9).

10. Questions diverses.

Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires, en charge des politiques de prévention contre la précarité et l’exclusion dans le champ du logement et de l’hébergement a reçu mardi 6 juin les grandes fédérations et associations du secteur, ainsi que les porte-paroles du collectif des associations unies. Cette première rencontre a permis d’échanger sur l’élaboration d’un plan quinquennal pour le « logement d’abord », annoncé par M. Emmanuel Macron à l’occasion de la remise du 22ème rapport sur le mal logement de la Fondation Abbé Pierre, le 31 janvier dernier. Le CASP était présent et représenté par Gilles Petit-Gats, son Directeur Général.

 

Vous retrouverez ci-dessous le communiqué de presse du Ministère de la Cohésion des territoires :

 

Ainsi que le compte-rendu de la rencontre par le Collectif des Associations Unies :

 

En 2016 avait eu lieu la 1ère édition des ateliers de jardinage en partenariat avec l'association Cultures en Herbes et le Café Social de l'association "Ayyem Zamen".

Cette initiative, qui se renouvelle cette année et s'enrichit de la participation de plusieurs structures du CASP, permet à des personnes en situation de précarité de pouvoir participer à la création d'un espace de jardinage et d'en découvrir les différentes étapes, tout en développant le partage et l'acquisition de nouvelles compétences. Une activité liée au vivant dans un milieu urbain qui permet aussi de favoriser la créativité et de reprendre confiance en soi.

Grâce à Cultures en Herbes, qui anime ces ateliers, et le Café Social qui met à disposition cet espace de jardinage de 700m² situé à Montreuil, ce sont 5 résidents du CHS Massena, 3 femmes du CHS Servan, 1 accueilli par l'ESI La Maison dans la Rue et 2 résidents de Logétape qui s'adonnent tous les jeudi au travail de la terre à Montreuil autour de notions de partage et de bienveillance.

 

Paris, le 22 mai 2017

À l’occasion de la refonte de la Directive européenne Accueil qui sera votée en juin prochain, nous demandons à ce que, conformément à la proposition du rapport du Parlement européen, l’apprentissage de la langue du pays d’accueil soit inclus parmi les conditions minimales d’accueil des demandeurs d’asile.


Se comprendre mutuellement, un enjeu crucial dans l’accueil des demandeurs d’asile


 

"Entre ceux qui comprennent et ceux qui ne comprennent pas, il y a un abîme. Les uns seront sauvés, les autres pas", déclarait Primo Levi dans un entretien à l’occasion d’un retour à Auschwitz dans les années 80. Il y évoquait l’« effondrement moral » de ceux qui devenaient soudain « sourds et muets » dans un environnement étranger. Ainsi, la formation linguistique répond à l’objectif de la Directive Accueil de garantir « des conditions de vie dignes » et d’assurer l’« intégrité physique et psychologique » des demandeurs d’asile. Elle doit être considérée comme un droit fondamental, au même titre que l’accès à la santé, au logement et aux besoins élémentaires. La plupart des demandeurs d’asile fuient dans des circonstances très difficiles et ont souffert de graves persécutions dans leur pays. L’isolement dû à la barrière de la langue les empêche de se reconstruire, d’accéder à une autre société et de se libérer de leurs traumatismes. Voués à la dépendance et à l’incompréhension du monde qui les entoure, leur intégrité physique et mentale est sérieusement compromise ainsi que l’estime de soi. Leur protection n’est pas assurée.

 

L’apprentissage de la langue du pays d’accueil est aussi un enjeu essentiel pour le « vivre ensemble », principe dont la valeur constitutionnelle a été reconnue par le Conseil constitutionnel. L’incapacité de tisser des liens interpersonnels à cause de la langue nourrit l’exclusion sociale et la xénophobie qui affectent gravement toute la société.

 

Enfin, la formation linguistique des demandeurs d’asile est un investissement utile économiquement, comme le souligne l’OCDE dans son rapport de janvier 2016, « Réussir l’intégration  des réfugiés ». Le Secrétaire général de l’OCDE, M. Angel Gurría, a déclaré : Les réfugiés sont porteurs d’espoir : espoir d’une vie meilleure et d’un avenir meilleur pour leurs enfants et pour les nôtres. Cela étant, pour que cela puisse advenir, un investissement substantiel est indispensable pour leur apporter un soutien immédiat et aider les réfugiés à s’installer et à adapter et valoriser leurs compétences. C’est une tâche certes difficile et coûteuse à court terme, mais qui sera très fructueuse pour tous à moyen et long terme. La formation linguistique fait partie de cet investissement, même dans le cas où la demande de protection est rejetée. En effet, cet investissement permet de favoriser l’autonomie des demandeurs d’asile pour qu’ils puissent continuer à être acteurs de leur vie et non pas maintenus dans une dépendance coûteuse dans tous les sens du terme. Il leur permet aussi de se reconstruire, se préparer et renforcer leurs compétences dans le cas où ils devraient retourner dans leur pays.

 

Or, actuellement, l’État ne propose des formations linguistiques, souvent d’un niveau insuffisant pour s’intégrer, qu’après l’obtention de la protection, soit en général après deux ou trois ans de séjour en France.Réformer la politique linguistique envers les réfugiés est devenu une urgence. C’est pourquoi nous appelons à inclure la formation linguistique comme une condition minimale d’accueil des demandeurs d’asile et à penser une offre véritablement adaptée à ceux qui demandent une protection dans notre pays. Associations, universités, grandes écoles, institutions de formation professionnelle, bibliothèques et société civile, nous sommes engagés pour prendre part à ces formations. Nous vous demandons votre soutien.

 

ASSOCIATIONS ET INSTITUTIONS SIGNATAIRES

Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture, ACAT France

Accueil et Insertion des Migrant.e.s et des Exilé.e.s, AIME

Alwane

Association d'Accueil aux médecins et Personnels de Santé Réfugiés en France, APSR

Association pour la Reconnaissance des Droits des personnes Homosexuelles et transsexuelles à

l’Immigration et au Séjour, ARDHIS

Bibliothèque Sans Frontières, BSF

Centre de Recherche et d’Action Sociale, CERAS

CASP- Service réfugiés du pôle asile

CIMADE

Collectif pour l’égalité des droits

Collectif Toulouse Syrie Solidarité

Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement, CCFD-Terre Solidaire

ÉCOLE Supérieure du Professorat et de l’Education, ESPE Aquitaine

L'Esprit libre - Fraternité sans frontières

Fédération de l’Entraide Protestante

Fédération des acteurs de la solidarité, FNARS

France Terre d’Asile, FTDA

Les Graines de l’espoir

Groupe Accueil et Solidarité, GAS

Institut National des Langues et Civilisations Orientales, INALCO

Kiron France

Ligue des Droits de l'Homme, LDH

Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples, MRAP

Pastorale des migrants

Primo Levi

Réseau Etudes Supérieures et Orientation des Migrant(es) et Exilé(es), RESOME

Revivre association

Secours Catholique - Caritas France

Service Jésuite des Réfugiés France, JRS France

Singa

Souria Houria

Syrie MDL (Moderne Démocratique, Laïque)

Syrie Démocratie 33

Techfugees

Thot

Université Bordeaux Montaigne

Université Paris I Panthéon Sorbonne

Wintegreat

Women now for development

 

AUTRES SIGNATAIRES

Véronique ALBANEL, maître de conférences, Sciences Po Paris

Bassma KODMANI, maitre de conférence Paris I Panthéon Sorbonne, directrice de The Arab Reform Initiative

Philippe BECK, poète, maître de conférences en philosophie, Université de Nantes

Marie BEURTON-AIMAR, maitre de conférences, Université de Bordeaux

Marc BONNEU, professeur, Bordeaux INP

Claude CALAME, directeur d’études à l’EHESS, Paris

Camilla CEDERNA, maître de conférences, Centre d’études en civilisations, langues et lettres étrangères, Université Lille 3.

Marie CUILLERAI, Professeur, Laboratoire de Changement Social et Politique, Université Paris 7 Diderot

Frédérik DETUE, maître de conférences, Université de Poitiers

Monique GEOFFROY-L’AMOUR, enseignante, collège Paul-Bert

Jérôme GIDOIN, anthropologue, chercheur associé CNRS-EPHE

Paul Henri GIRAUD, professeur, Université de Lille

Catherine GRALL, maître de conférences en littérature comparée, Université d'Amiens

Raphaëlle GUIDÉE, maître de conférences, l'Université de Poitiers

Michelle GUILLEMONT, professeur des universités, Université de Lille

Françoise HARAMBOURE, professeur didactique des langues étrangères, Université Paris Est Créteil

Joël HUBRECHT, Association "Syrie-Europe, Après Alep"

Smaïn LAACHER, Professeur de sociologie, Université de Strasbourg

Françoise LAGARDE, professeur certifié documentation, IUT Michel de Montaigne

Michel Lalane, Réseau Education Sans Frontières

Christine LARRAZET, maître de Conférences, Université de Bordeaux

Annick LOUIS, maître de conférences, Université de Reims

Héloïse PIERRE-EMMANUEL, artiste

Ziad MAJED, politiste, professeur, Université américaine de Paris

Marie MARTIN, maître de conférence, Université de Poitiers

Annie NAJIM, ancienne titulaire de la chair UNESCO, université Bordeaux 3

Boris NAJMAN, maître de conférences, Université Paris Est Créteil

Antoine Paumard, directeur, JRS France

Julia Peslier, maitre de conférences Université de Bourgogne/Franche-Comté

Anne ROBIN, maître de Conférences, Université de Lille 3

Pénélope RIBOUD, maître de conférence, coordinatrice du programme Inalc'ER pour l'accueil des étudiants réfugiés, INALCO

Isabelle RIGONI, Maître de, Université Bordeaux3

Rayya ROUMANOS, maître de conférences, Université Bordeaux Montaigne

Mélanie Traversier, maître de conférences, Université de Lille

Marie-Caroline SAGLIO-YATZIMIRSKY, professeur en anthropologie, INALCO

Caroline Zekri, maître de conférences, Université Paris-Est Créteil

Lettre ouverte d’associations et institutions à Monsieur le Président Emmanuel Macron

Publié le 22/05/2017

 

L’Espace Public Numérique du pôle La Clairière a pour mission de favoriser l’e-inclusion, c’est-à-dire de permettre à tous d’accéder à un ordinateur, à internet et aux nouveaux services qui y sont liés. Il est ouvert à l’ensemble des habitants du quartier depuis 2000, offrant la possibilité à tous ceux qui le désirent (de tous âges et de tous milieux), d’acquérir le minimum de connaissance et de maîtrise de l’outil multimédia. L'équipe est à la recherche d'un bénévole Contrôleur des postes informatiques en accès libres (les mardis, mercredis et jeudis entre 12h00 et 14h00).

 

Missions

* Veiller au bon fonctionnement de ces accès libres : respect du lieu, du matériel et des personnes dans leur diversité.

* Pointer les personnes. Feuilles de présence à émarger

* Possibilité de s'intégrer à l'équipe de bénévoles en tant que binôme, coanimateur des ateliers déjà en place. Il s'agit de seconder l'animateur en place dans sa mission lors d'un atelier.

 

Compétences

* Maîtrise de Word, Excel et Internet

* Sens du contact, empathie, qualité relationnelle, capacité d'adaptation à des publics variés

* Expérience du groupe, animation, écoute, patience...

* Expérience de soutien et/ou d'enseignement auprès d'un public dans une démarche d'insertion

 

Disponibilités

Mardis, mercredis et jeudis entre 12h00 et 14h00  + demi-journées par semaine pour co-animation

Lieu : 60, rue Greneta - 75002 Paris Métro : Les Halles ou Sentier

Envoyez votre candidature par mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ou Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

NEWSLETTER

Restez informé de l'actualité du CASP en recevant notre lettre d'information :

NOS STRUCTURES

EMISSIONS RADIO

VIDEO

DERNIER CASPINFO

CASP - Centre d'Action Sociale Protestant

20 rue Santerre - 75012 Paris

Copyright © 2017 | Nous contacter