Vous pouvez dès maintenant consentir un don en ligne au CASP

Vous pouvez dès maintenant consentir un don en ligne au CASP

Une nouvelle page a été ajoutée au site internet du CASP, qui permet de déclencher un don avec ...

Accueil des migrants - Gymnase René Mouchotte

Accueil des migrants - Gymnase René Mouchotte

Mercredi 30 mai, le CASP s’est mobilisé pour accueillir 71 migrants du camp du Millénaire, près de l...

Retour sur l'Assemblée générale du 23 juin

L’Assemblée Générale de ce début d’été 2018 s’est tenue comme l’année précédente à l’AEPP, le foyer ...

  • Vous pouvez dès maintenant consentir un don en ligne au CASP

    Vous pouvez dès maintenant consentir un don en ligne au CASP

  • Accueil des migrants - Gymnase René Mouchotte

    Accueil des migrants - Gymnase René Mouchotte

  • Retour sur l'Assemblée générale du 23 juin

AUTRES ACTUALITES

EVENEMENTS

Au sein d’un centre d’hébergement accueillant 52 femmes accompagnées par une équipe de 15 salariés (situé dans le 11ième arrondissement de Paris).

 

MISSIONS

Le ou la bénévole aura pour missions :

  • Proposer au sein du centre un espace de détente et de bien être à l’aide par exemple de techniques de type sophrologie, de massages, de yoga, ou autres.
  • S’articuler avec l’équipe pour encourager les résidentes, des femmes âgées de 45 à 80 ans,  à prendre soin d’elles en fréquentant cette activité.

Action régulière (fréquence à déterminer) en journée, soirée ou week-end. Dès que possible jusqu’à la fin de l’année (civile ou scolaire).

 

COMPETENCES POUR CETTE MISSION

Personnes qualifiées pour en Sophrologie, massage ou autres

 

CONTACT

Laurent FAIVRE - Chef de service

laurent.faivre[at]casp.asso.fr

Au sein d’un centre d’hébergement accueillant 52 femmes accompagnées par une équipe de 15 salariés (situé dans le 11ième arrondissement de Paris).

MISSIONS

Le ou la bénévole aura pour missions

 

  • Créer un « club couture » avec les résidentes (femmes âgées de 45 à 80 ans).
  • Favoriser l’échange de savoir-faire entre les résidentes en matière de couture.
  • Amener les résidentes à confectionner des éléments décoratifs pour leur chambre ou les espaces collectifs du centre.
  • Valoriser les créations des résidentes avec l’aide de l’équipe.

Action régulière (fréquence à déterminer) en journée, soirée ou week-end.

Dès que possible jusqu’à la fin de l’année.

 

COMPETENCES POUR CETTE MISSION

Connaissances techniques en couture

Capacité d’animation

 

CONTACT

Laurent FAIVRE - Chef de service

laurent.faivre[at]casp.asso.fr

Pour compléter le processus d'abonnement, veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer.

Votre inscription à notre Lettre d'Information bien été enregistrée.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUN DU 21 FÉVRIER 2018, SIGNÉ PAR LE CASP

Le gouvernement a présenté le projet de loi asile-immigration en Conseil des ministres aujourd’hui. Certaines mesures sont positives, comme l’accès à la carte de résident des parents d’enfants bénéficiaires d’une protection internationale, ou encore l’extension à quatre ans de la carte de séjour pluriannuelle pour les bénéficiaires d’une protection subsidiaire.

Mais ce texte contient principalement des mesures qui vont dégrader la procédure d’asile et l’accompagnement social proposé par les associations, dans un contexte où l’ensemble des demandeurs d’asile ne pourra être hébergé, faute de places suffisantes :

  • Le raccourcissement des délais d’instruction des demandes d’asile s’effectue principalement au détriment du demandeur et risque de fait d’exclure des milliers de personnes de la protection : réduction des délais de recours devant la CNDA, fin du caractère suspensif du recours dans certaines situations, instauration des audiences par vidéo-conférence, notification des décisions par « tout moyen ».
  • Le projet de loi renforce les mesures directives et instaure un contrôle des préfectures, avec le risque de créer une confusion générale entre surveillance administrative et action sociale et de dégrader le travail des acteurs sociaux dans l’accompagnement pour l’accès aux droits (orientation directive sur l’ensemble du territoire national sans garantie d’une proposition effective d’hébergement, contrôles préfectoraux dans les structures d’hébergement, restriction de la liberté d’aller et venir).
  • Au prétexte de renforcer l’efficacité des mesures d’éloignement, le projet développe à outrance les mesures de contrôle et de privation de liberté (systématisation de l’assignation à résidence, forte hausse de la durée de rétention) auxquelles s’ajoute le placement en rétention des personnes placées sous procédure Dublin, voté au parlement le 15 février.
  • En fragilisant les fondements même du travail social, ce texte va altérer la relation de confiance entre les travailleurs sociaux et les personnes en grande précarité, leur famille et leurs enfants, qu’elles aient un statut administratif précaire ou non. Ces orientations pourraient conduire les personnes migrantes à fuir les procédures et les dispositifs sociaux, multipliant les situations d’errance et de précarité.
  • En refusant d’avancer sur la question de l’accès à un titre de séjour pour les dizaines de milliers de personnes qui vivent déjà sur le sol français, parfois depuis des années, et sur la modification nécessaire du règlement Dublin, ce projet passe à côté d’une occasion de s’attaquer réellement à la pauvreté et à la souffrance sociale.

Les associations en appellent à la responsabilité des parlementaires pour modifier ce texte en profondeur, afin que soit définie une politique publique qui tienne compte de leurs propositions adaptées aux situations vécues par les personnes migrantes en France.

 

Télécharger le communiqué

Grâce à la générosité de nos donateurs, le Fonds d’Intervention Annuel (FIA) du CASP, créé en 2014, sélectionne des projets innovants proposés par les équipes de l’association, en vue d’intervenir là où cela est le plus efficace pour les personnes que nous soutenons au quotidien.


Pour l’année 2018, 19 projets ont été sélectionnés sur les 26 proposés. Focus sur l’une de ces actions à venir : «Le Noël Européen», porté par le service RSA :


Les allocataires du RSA sont confrontés à des fortes problématiques d’isolement, de perte d’estime de soi et de rupture de lien social, freinant ainsi la réalisation de leur parcours d’insertion sociale et professionnelle.

Ambivalentes dans leurs demandes – avec l’envie de faire évoluer leur situation mais souvent dans un état de découragement voire de démobilisation –  ces personnes sont difficilement capables de se projeter dans un avenir meilleur et se désinvestissent progressivement de leur vie de citoyen.

Face à ce constat, le service RSA du CASP s’est engagé dans un programme d’activités ludiques et culturelles pour à la fois mobiliser les compétences et les connaissances de chacun, développer le sentiment d’appartenance à un groupe et amener les personnes accueillies à s’investir dans un projet certes cadré par des professionnels mais porté par le groupe.

Le projet « Le Noël européen » sélectionné par le FIA poursuit plusieurs objectifs : rompre avec l’environnement quotidien à une période où l’isolement se fait d’autant plus ressentir, découvrir une institution européenne – le Parlement européen – pour donner envie à ces personnes de se repositionner comme citoyen actif et engagé, développer leur capacité à vivre en groupe, à travailler sur un projet (la création d’un fascicule sur le fonctionnement de l’Union Européenne).

Rendez-vous en fin d’année 2018 pour les allocataires suivis par le CASP pour deux journées dans la Capitale de l’Europe et de l’Alsace !

En décembre, notre Espace Solidarité Insertion La Maison dans la rue (12 ème arrondissement) a reçu 1.500 trousses -1.300 pour hommes et 200 pour femmes- financées par le Budget Participatif de la ville de Paris.

Ce projet porté par un infirmier intervenant en tant que bénévole dans une maraude de l’association MACADAM a retenu l’attention des Parisiens, qui rêvent notamment d’une ville plus solidaire, et sélectionné par la DASES.

En lien avec MACADAM et deux autres ESI, La Maison dans la rue a concrétisé le projet en choisissant les trousses avec étiquette personnalisée, les produits (rasoirs, mousse à raser, brosse à dents, dentifrice, préservatifs, peigne, shampoing, déodorant, coupe-ongle, pansement, crème hydratante, mouchoir, après rasage…)  et les fournisseurs.

Les premiers exemplaires ont été distribués lors de la fête de Noël. Il est prévu que les trousses soient par la suite remises aux personnes ne pouvant accéder aux douches de La Maison dans la rue pour des questions de place. Ce projet est à pérenniser pour l’année 2018.

En savoir plus sur le budget participatif de Paris

Dans le cadre d’un partenariat avec l’association Dons Solidaires et sous le mécénat du Groupe Galeries Lafayette, une quarantaine de personnes accueillies dans cinq structures du CASP ont visité le château de Versailles mercredi 20 décembre après-midi.

Pour cette exposition nommée « Un voyage d’hiver », les participants répartis en deux groupes ont plongé rapidement dans l’histoire de la France grâce aux deux conférenciers. Au programme : la visite du salon d’Hercule et sa cheminée, la salle des gardes et ses peintures, la chambre du roi et ses fenêtres orientées vers le lever de soleil, la galerie des Glaces, ses lustres, ses tableaux, ses bustes et sa belle vue sur les jardins du château.

 

 

Sous une pluie fine, les visiteurs ont plongé dans une ambiance romantique dans les bosquets taillés de la salle de bal et des bains d’Apollon. Ils ont pu admirer “Bruit blanc”, une œuvre d’art contemporaine de l’artiste Stéphane Thidet et exposée à l’amphithéâtre du premier bosquet. “Bruit blanc” est une sculpture d’acier givré qui retranscrit l’atmosphère post-apocalyptique d’une salle de spectacle à l’abandon.

Après un goûter pris à la grande salle des batailles dans une ambiance des plus festives, retour à Paris vers 18h avec des souvenirs d’un château qui témoigne de l’art français aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Un souvenir mémorable pour tous les participants et une ouverture culturelle sur le patrimoine de notre pays !

 

En tant qu'adhérent de la Fédération des Acteurs de la Solidarité (FAS), le CASP s'associe et se fait le relais de ce communiqué de presse. La réunion s'est tenue le vendredi 8 décembre 2017.


Les associations nationales d’hébergement et de lutte contre l’exclusion ont été réunies aujourd’hui par le ministre de l’Intérieur et le ministre de la Cohésion des Territoires pour une présentation du projet gouvernemental d’examen de la situation administrative des étrangers présents dans les centres d’hébergement accueillant les sans-abri.

Cette orientation prévue par circulaire répond à la volonté de l’Etat d’identifier, dans les centres d’hébergement, les personnes étrangères dont le statut administratif est précaire, notamment les personnes sous statut Dublin ou déboutées du droit d’asile. Des équipes mobiles, constituées d’agents de l’OFII et des préfectures, feront des visites de contrôle dans les centres d’hébergement.

Lors de cette rencontre ce matin, les associations ont dit aux ministres que cette réunion ne pouvait en rien se substituer à la demande de rendez-vous avec le Président de la République qu’elles ont saisi par courrier le 14 novembre 2017.

Dans un contexte d’extrême saturation du parc hébergement, les associations ont réaffirmé les principes et priorités de leur action vis-à-vis des étrangers :

 

  • L’accueil inconditionnel de toute personne en situation de détresse présente sur le territoire est un principe socle du code de l’action sociale et des familles : il s’oppose au tri des sans-abri en fonction de leur situation administrative. Ce principe qui constitue l’ADN des associations de lutte contre l’exclusion n’est pas négociable. C’est également un marqueur fort des valeurs de solidarité et républicaines de notre pays.
  • Les services de police ne peuvent intervenir dans les centres d’hébergement en dehors de l’application d’une décision de justice.
  • La CNIL encadre strictement la transmission d’informations individuelles : les associations veilleront scrupuleusement au respect de ce cadre légal.
  • Le renforcement des mesures de contrôle des personnes dans les lieux d’hébergement va précariser les personnes, dont des familles avec enfants, les éloigner des structures d’accueil en favorisant ainsi la reconstitution de squats et campements indignes, particulièrement dans les grandes villes.

 

Enfin les associations rappellent que l’Etat a toujours la possibilité de requalifier le statut des personnes sous Dublin afin qu’elles puissent demander l’asile en France et bénéficier des conditions d’hébergement et d’accompagnement garanties par le droit commun.

Sur ces principes - notamment le respect du principe d’accueil inconditionnel dans l’hébergement et le respect des missions d’accompagnement des associations en faveur des personnes en situation de précarité, quelle que soit leur situation – les associations réitèrent leur demande d’être reçues et entendues par le chef de l’Etat.

 

Télécharger le communiqué

 

Associations signataires :

Fédération des acteurs de la solidarité

Fédération Entraide Protestante

CIMADE

Fondation de l’Armée du Salut

Emmaüs France

Emmaüs Solidarité

Fondation Abbé Pierre

Médecins du monde

Secours catholique

UNIOPSS

Samu Social de Paris

Dom’asile

Ligue des droits de l’homme

Association des Cités du Secours Catholique

Le Refuge

Amicale du nid

Centre Primo Levi

JRS France

Association Aurore

France Terre d’asile

NEWSLETTER

Restez informé de l'actualité du CASP en recevant notre lettre d'information :

NOS STRUCTURES

EMISSIONS RADIO

VIDEO

DERNIER CASPINFO

CASP - Centre d'Action Sociale Protestant

20 rue Santerre - 75012 Paris

Copyright © 2017 | Nous contacter