Vous pouvez dès maintenant consentir un don en ligne au CASP

Vous pouvez dès maintenant consentir un don en ligne au CASP

Une nouvelle page a été ajoutée au site internet du CASP, qui permet de déclencher un don avec ...

Loi asile-immigration : un projet déséquilibré qui inquiète les associations

Loi asile-immigration : un projet déséquilibré qui inquiète les associations

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUN DU 21 FÉVRIER 2018, SIGNÉ PAR LE CASP Le gouvernement a présenté le pro...

  • Vous pouvez dès maintenant consentir un don en ligne au CASP

    Vous pouvez dès maintenant consentir un don en ligne au CASP

  • Loi asile-immigration : un projet déséquilibré qui inquiète les associations

    Loi asile-immigration : un projet déséquilibré qui inquiète les associations

  • Recours des associations contre la circulaire du 12 décembre : la décision du Conseil d’Etat retient l’essentiel des points soulevés par les associations

    Recours des associations contre la circulaire du 12 décembre : la décision du Conseil d’Etat retient l’essentiel des points soulevés par les associations

AUTRES ACTUALITES

EVENEMENTS

Grâce à la générosité de nos donateurs, le Fonds d’Intervention Annuel (FIA) du CASP, créé en 2014, sélectionne des projets innovants proposés par les équipes de l’association, en vue d’intervenir là où cela est le plus efficace pour les personnes que nous soutenons au quotidien.


Pour l’année 2018, 19 projets ont été sélectionnés sur les 26 proposés. Focus sur l’une de ces actions à venir : «Le Noël Européen», porté par le service RSA :


Les allocataires du RSA sont confrontés à des fortes problématiques d’isolement, de perte d’estime de soi et de rupture de lien social, freinant ainsi la réalisation de leur parcours d’insertion sociale et professionnelle.

Ambivalentes dans leurs demandes – avec l’envie de faire évoluer leur situation mais souvent dans un état de découragement voire de démobilisation –  ces personnes sont difficilement capables de se projeter dans un avenir meilleur et se désinvestissent progressivement de leur vie de citoyen.

Face à ce constat, le service RSA du CASP s’est engagé dans un programme d’activités ludiques et culturelles pour à la fois mobiliser les compétences et les connaissances de chacun, développer le sentiment d’appartenance à un groupe et amener les personnes accueillies à s’investir dans un projet certes cadré par des professionnels mais porté par le groupe.

Le projet « Le Noël européen » sélectionné par le FIA poursuit plusieurs objectifs : rompre avec l’environnement quotidien à une période où l’isolement se fait d’autant plus ressentir, découvrir une institution européenne – le Parlement européen – pour donner envie à ces personnes de se repositionner comme citoyen actif et engagé, développer leur capacité à vivre en groupe, à travailler sur un projet (la création d’un fascicule sur le fonctionnement de l’Union Européenne).

Rendez-vous en fin d’année 2018 pour les allocataires suivis par le CASP pour deux journées dans la Capitale de l’Europe et de l’Alsace !

En décembre, notre Espace Solidarité Insertion La Maison dans la rue (12 ème arrondissement) a reçu 1.500 trousses -1.300 pour hommes et 200 pour femmes- financées par le Budget Participatif de la ville de Paris.

Ce projet porté par un infirmier intervenant en tant que bénévole dans une maraude de l’association MACADAM a retenu l’attention des Parisiens, qui rêvent notamment d’une ville plus solidaire, et sélectionné par la DASES.

En lien avec MACADAM et deux autres ESI, La Maison dans la rue a concrétisé le projet en choisissant les trousses avec étiquette personnalisée, les produits (rasoirs, mousse à raser, brosse à dents, dentifrice, préservatifs, peigne, shampoing, déodorant, coupe-ongle, pansement, crème hydratante, mouchoir, après rasage…)  et les fournisseurs.

Les premiers exemplaires ont été distribués lors de la fête de Noël. Il est prévu que les trousses soient par la suite remises aux personnes ne pouvant accéder aux douches de La Maison dans la rue pour des questions de place. Ce projet est à pérenniser pour l’année 2018.

En savoir plus sur le budget participatif de Paris

Dans le cadre d’un partenariat avec l’association Dons Solidaires et sous le mécénat du Groupe Galeries Lafayette, une quarantaine de personnes accueillies dans cinq structures du CASP ont visité le château de Versailles mercredi 20 décembre après-midi.

Pour cette exposition nommée « Un voyage d’hiver », les participants répartis en deux groupes ont plongé rapidement dans l’histoire de la France grâce aux deux conférenciers. Au programme : la visite du salon d’Hercule et sa cheminée, la salle des gardes et ses peintures, la chambre du roi et ses fenêtres orientées vers le lever de soleil, la galerie des Glaces, ses lustres, ses tableaux, ses bustes et sa belle vue sur les jardins du château.

 

 

Sous une pluie fine, les visiteurs ont plongé dans une ambiance romantique dans les bosquets taillés de la salle de bal et des bains d’Apollon. Ils ont pu admirer “Bruit blanc”, une œuvre d’art contemporaine de l’artiste Stéphane Thidet et exposée à l’amphithéâtre du premier bosquet. “Bruit blanc” est une sculpture d’acier givré qui retranscrit l’atmosphère post-apocalyptique d’une salle de spectacle à l’abandon.

Après un goûter pris à la grande salle des batailles dans une ambiance des plus festives, retour à Paris vers 18h avec des souvenirs d’un château qui témoigne de l’art français aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Un souvenir mémorable pour tous les participants et une ouverture culturelle sur le patrimoine de notre pays !

 

En tant qu'adhérent de la Fédération des Acteurs de la Solidarité (FAS), le CASP s'associe et se fait le relais de ce communiqué de presse. La réunion s'est tenue le vendredi 8 décembre 2017.


Les associations nationales d’hébergement et de lutte contre l’exclusion ont été réunies aujourd’hui par le ministre de l’Intérieur et le ministre de la Cohésion des Territoires pour une présentation du projet gouvernemental d’examen de la situation administrative des étrangers présents dans les centres d’hébergement accueillant les sans-abri.

Cette orientation prévue par circulaire répond à la volonté de l’Etat d’identifier, dans les centres d’hébergement, les personnes étrangères dont le statut administratif est précaire, notamment les personnes sous statut Dublin ou déboutées du droit d’asile. Des équipes mobiles, constituées d’agents de l’OFII et des préfectures, feront des visites de contrôle dans les centres d’hébergement.

Lors de cette rencontre ce matin, les associations ont dit aux ministres que cette réunion ne pouvait en rien se substituer à la demande de rendez-vous avec le Président de la République qu’elles ont saisi par courrier le 14 novembre 2017.

Dans un contexte d’extrême saturation du parc hébergement, les associations ont réaffirmé les principes et priorités de leur action vis-à-vis des étrangers :

 

  • L’accueil inconditionnel de toute personne en situation de détresse présente sur le territoire est un principe socle du code de l’action sociale et des familles : il s’oppose au tri des sans-abri en fonction de leur situation administrative. Ce principe qui constitue l’ADN des associations de lutte contre l’exclusion n’est pas négociable. C’est également un marqueur fort des valeurs de solidarité et républicaines de notre pays.
  • Les services de police ne peuvent intervenir dans les centres d’hébergement en dehors de l’application d’une décision de justice.
  • La CNIL encadre strictement la transmission d’informations individuelles : les associations veilleront scrupuleusement au respect de ce cadre légal.
  • Le renforcement des mesures de contrôle des personnes dans les lieux d’hébergement va précariser les personnes, dont des familles avec enfants, les éloigner des structures d’accueil en favorisant ainsi la reconstitution de squats et campements indignes, particulièrement dans les grandes villes.

 

Enfin les associations rappellent que l’Etat a toujours la possibilité de requalifier le statut des personnes sous Dublin afin qu’elles puissent demander l’asile en France et bénéficier des conditions d’hébergement et d’accompagnement garanties par le droit commun.

Sur ces principes - notamment le respect du principe d’accueil inconditionnel dans l’hébergement et le respect des missions d’accompagnement des associations en faveur des personnes en situation de précarité, quelle que soit leur situation – les associations réitèrent leur demande d’être reçues et entendues par le chef de l’Etat.

 

Télécharger le communiqué

 

Associations signataires :

Fédération des acteurs de la solidarité

Fédération Entraide Protestante

CIMADE

Fondation de l’Armée du Salut

Emmaüs France

Emmaüs Solidarité

Fondation Abbé Pierre

Médecins du monde

Secours catholique

UNIOPSS

Samu Social de Paris

Dom’asile

Ligue des droits de l’homme

Association des Cités du Secours Catholique

Le Refuge

Amicale du nid

Centre Primo Levi

JRS France

Association Aurore

France Terre d’asile

Depuis quelques semaines, deux participants du CASP des séjours de remobilisation organisés à Houlgate en 2016 et 2017, ainsi qu'un moniteur-éducateur de l'ESI la Maison dans la Rue, s’entraînaient à la course à pied pour participer au marathon-relais Ekiden qui a eu lieu ce dimanche 5 novembre.

 


Lors des séjours de rupture organisés à Houlgate, les animateurs d’un Ballon pour l’Insertion ont remarqué qu'un grand nombre de participants étaient motivés pour un footing matinal. Partant de cette idée, ils ont cherché à poursuivre cette dynamique et se sont lancés dans l’aventure du marathon Ekiden de Paris, une course en relais de 42,125 km entre 6 coureurs.

Après cinq entraînements, ce ne sont finalement pas une mais deux équipes, soit douze personnes (de différentes associations partenaires pour les séjours d’Houlgate), qui ont profité de cet événement pour mettre en avant leur engagement sportif ainsi que leurs qualités collectives. En effet, la transmission de relais entre participants ne se connaissant pratiquement pas fut très efficace, signe d'un bel esprit d'équipe.

Sans que ce soit l’objectif principal, les performances sportives ont été très bonnes puisque les deux équipes ont réalisé une moyenne de plus de 11km/h, bien au-delà de toute projection !

 

 

Nous tenons à féliciter l’ensemble des participants pour cette performance et pour avoir bravé le froid de ce dimanche matin de novembre en s'impliquant dans la réussite de ce beau moment de partage sportif.

Nous sommes fiers de l’engagement et de l’image que chaque coureur a donné des deux équipes d’ « Un Ballon pour l’Insertion »,  qui nous donne d’ores et déjà rendez-vous l’année prochaine !

Jeudi 19 Octobre, des collaborateurs du laboratoire MSD venaient prêter main forte au sein de la Maison d’accueil Eglantine spécialisée dans l’accueil de femmes isolées, afin de repeindre le mur du réfectoire.


Accueil des collaborateurs MSD

 

Ce fut une journée placée sous les signes de la solidarité et de la créativité, et qui a réuni une dizaine de collaborateurs volontaires du laboratoire pharmaceutique MSD, ainsi que quelques dames accueillies au sein de la structure.

Dirigée par le peintre et architecte d’intérieur Marc Dannaud - que nous remercions pour sa présence et sa pédagogie- une équipe de choc s’est attelée à peindre le mur du réfectoire afin de redonner de l’éclat à ce lieu de vie en communauté essentiel.


Premiers coups de mains

 

Bien au-delà d’une simple activité de rénovation, il s’agit d’une réelle démarche artistique qui a demandé à chacun de faire preuve d’écoute, d’entraide et de d’implication.

Une particularité de ce projet : toute la peinture fut appliquée à la main ! Ce sont donc plusieurs dizaines de mains qui ont contribué à construire cette œuvre collective aux couleurs vives dans un style abstrait caractéristique du travail de Marc Dannaud.

 

Un travail qui prend forme

 

Presque terminé !

 

Pour les participants, ce fut une démarche qui a fait sens. A l’issue de la journée, un questionnaire a été rempli afin de connaître les ressentis de chacun. Les « mots clés » qui en sont issu font particulièrement ressortir des notions essentielles telles que le partage, l’entraide ou la bienveillance :


WordCloud


Pour plus d'informations sur Marc Dannaud et son travail : https://www.marcdannaud.fr/

Pendant une semaine, 12 personnes suivies par différents services du CASP se sont rendues à Houlgate sur la côte Normande dans le cadre d’un séjour de rupture, combinant activités sportives et culturelles. Ce séjour s'inscrit dans le cadre des divers projets innovants que le CASP met en place pour améliorer le périmètre de son action auprès des publics accueillis.

 

Un « séjour de rupture » est un séjour personnalisé permettant aux personnes de « se poser » mentalement, reprendre une activité physique et envisager des projets futurs. Avec l’idée, le temps d’une semaine, de faire une pause, d’oublier ses problèmes du quotidien et de reprendre confiance en soi; rebondir.

Sans pression ou incitation excessive, tous les participants sont volontaires. Ils ont adhéré au projet après une présentation vidéo expliquant le déroulement de ces séjours et des activités proposées.

 

Ce projet a pu voir le jour par l’intermédiaire de l’association « Un ballon pour l’insertion » qui gère et organise les séjours. Le programme des activités est créé en fonction des demandes des participants, et les plus sollicitées sont retenues.

Un programme intensif qui commence chaque jour dès 7h du matin par un footing proposé à ceux qui le souhaitent, suivi par une séance de Yoga collective, le tout avant le petit-déjeuner! La fin de matinée et l’après-midi sont consacrés aux nombreuses activités choisies et obligatoire pour tous : vélo, équitation, football, escalade, tir à l’arc, kingball, longe-côte pour les activités sportives entre autres ;  poterie, visites historiques et ateliers théâtre pour l’aspect culturel.

En fin de journée, des temps d’expression et d’échanges collectifs sont organisés pour faire le point sur sa journée et livrer ses ressentis. Un moment qui permet aussi aux encadrants de suivre les objectifs que les participants se sont fixés.

Un accompagnement sur-mesure qui passe aussi par la qualité des équipements et conditions d’accueil : les activités sportives se déroulent dans un vrai centre sportif, fréquenté par des athlètes de haut niveau. L’hébergement permet aux participants de bénéficier de chambres individuelles avec douche et sanitaires. Une reconnaissance pour des personnes qui connaissent un parcours d’errance.

 

On était un groupe soudé, jeunes et plus âgés, on était tous contents d’être là. - Damien, participant du séjour


Damien, un jeune homme qui a participé à l’un de ces séjours, a livré son expérience sur l’antenne de Fréquence Protestante : « C’est un endroit de ressource, on change de quotidien ». Il ajoute : « On était un groupe soudé, jeunes et plus âgés, on était tous contents d’être là ».

 

Quand on lui demande ce que ce séjour lui a apporté, il répond : « Ça m’a aidé à retrouver confiance en moi, à bien manger, respecter un planning ».

Et même si le retour à Paris n’est pas forcément évident, le séjour aura laissé des souvenirs estivaux ayant permis de renouer avec des passions : « J’aime beaucoup le sport en particulier le football, ça m’a vidé la tête et l’esprit, c’était bien de partir avec un groupe de personnes ».

Pour Damien, ce séjour lui aura aussi permis de concrétiser un projet : il a effectué toutes les démarches pour intégrer une formation de peintre en bâtiment et est hébergé sur la péniche du Fleuron dans le 15ème arrondissement.

 

Retrouvez l'intervention de Damien sur Fréquence Protestante (podcast)

Le 7 juillet dernier, le CASP se préparait à accueillir dans l’urgence des migrants évacués des campements de la Porte la Chapelle.

 

C’est dans le gymnase des Vignoles, situé dans le 20ème arrondissement de Paris que les volontaires du CASP ont accueilli dès l’arrivée du bus 110 migrants en provenance des campements démantelés de la Porte de la Chapelle.

Plus de 40 volontaires -salariés et bénévoles- ont apporté leur soutien pour installer les équipements, distribuer les produits de première nécessité, ainsi que pour donner aux exilés les premières informations nécessaires à leur démarche de demandeur d’asile.

Tous ont participé au bon déroulé de cet accueil dans un contexte délicat dans la mesure où l’adresse du gymnase n’a été communiquée que le matin même de l’opération.

 

 

Cette opération a pris fin le 27 juillet après 20 jours d’ouverture. Après une consultation des souhaits de chacun, les 68 personnes présentes à l’heure de la fermeture ont bénéficié d’une orientation soit en province soit sur Paris.

50 d’entre elles ont été orientées vers un centre d’hébergement semi-collectif dans les Bouches-du-Rhône, et les 18 autres vers un centre d’hébergement d’urgence Parisien, dans l’attente de place en hébergement adapté.

 

Avec l’appui des équipes du Pôle Asile, toutes les personnes hébergées qui le souhaitaient  ont pu être reçues en entretien, pour une évaluation de leur situation individuelle. Près de la moitié d’entre elles avaient déjà entamé des démarches.

Toutes se sont vues remettre le document d’évaluation de leur situation pour les aider dans la poursuite de leur parcours de demandeur d’asile qui est parfois complexe, et dans  tous les cas technique. Parallèlement, les équipes ont transmis les préconisations d’orientation élaborée pour chacun d’eux auprès de la DRIHL et de l’OFII pour assurer la continuité de leur parcours.


Afin d’illustrer la diversité des situations des personnes,  voici quelques chiffres :

  • 26 personnes souhaitant demander l’asile dont 21 sans réussir jusqu’alors à avoir accès aux structures dédiées, et 5 personnes ayant déjà un 1er rendez-vous auprès du GUDA (préfecture et OFII)
  • 18 personnes avaient obtenu le statut de demandeurs d’asile (3 en procédure normale 4 en procédure accélérée et 11 placée sous convention Dublin)
  • 10 personnes ayant déjà obtenu le statut de Réfugié
  • 1 personne déboutée de sa demande d’asile
  • 1 personne en cours d’organisation d’un retour volontaire dans son pays
  • 1 personne en recours pour reconnaissance de son statut de mineur

A l'issue de la dernière assemblée générale ordinaire de la FAS - Fédération des acteurs de la solidarité (ex-FNARS) Ile-de-France, Gilles Petit-Gats, directeur général du CASP a été élu au conseil d'administration. Cette nomination permet de réaffirmer la place du CASP en tant qu'acteur incontournable sur les problématiques de solidarité au niveau régional, et de développer de futures actions partenariales.

En 2016 avait eu lieu la 1ère édition des ateliers de jardinage en partenariat avec l'association Cultures en Herbes et le Café Social de l'association "Ayyem Zamen".

Cette initiative, qui se renouvelle cette année et s'enrichit de la participation de plusieurs structures du CASP, permet à des personnes en situation de précarité de pouvoir participer à la création d'un espace de jardinage et d'en découvrir les différentes étapes, tout en développant le partage et l'acquisition de nouvelles compétences. Une activité liée au vivant dans un milieu urbain qui permet aussi de favoriser la créativité et de reprendre confiance en soi.

Grâce à Cultures en Herbes, qui anime ces ateliers, et le Café Social qui met à disposition cet espace de jardinage de 700m² situé à Montreuil, ce sont 5 résidents du CHS Massena, 3 femmes du CHS Servan, 1 accueilli par l'ESI La Maison dans la Rue et 2 résidents de Logétape qui s'adonnent tous les jeudi au travail de la terre à Montreuil autour de notions de partage et de bienveillance.

 

«DébutPrécédent12SuivantFin»
Page 1 sur 2

NEWSLETTER

Restez informé de l'actualité du CASP en recevant notre lettre d'information :

NOS STRUCTURES

EMISSIONS RADIO

VIDEO

DERNIER CASPINFO

CASP - Centre d'Action Sociale Protestant

20 rue Santerre - 75012 Paris

Copyright © 2017 | Nous contacter